me in Amsterdam

Tears of steal, les larmes d'acier

Tos-poster.png L'autre jour je suis allé au cinéma, voir une projection de films libres. Contrairement à ce qu'il se passe à la télé, les films libres sont des films qu'on a le droit de voir dans tous les pays et qu'on a le droit de télécharger et de téléverser à loisir parce que la licence le prermet. Il devrait y avoir plus de films de ce genre parce que c'est quand même pratique de pouvoir voir et partager ce qu'on veut où on veut.

L'un de ces films se passe à Amsterdam, c'est Tears of steal, de Ian Hubert. Dans ce monde futuriste, les robots dominent la ville et des humains résistants sont réfugiés dans la tour de Oude kerk. On y voit les magnifiques orgues de cette église, les maisons typiques au bord des canaux et aussi un pont piéton qui enjambe Oudezijds Voorburgwal (ou bien Oudezijds Achterburgwal). Ce pont est au cœur de l'histoire romantique à l'origine de la trame de ce film. Mais je ne préfère pas vous dévoiler l'intrigue alors que vous pouvez regarder ce film directement sur ce blog[1].

J'ai beaucoup aimé cette mise en scène de la ville d'Amsterdam dans un récit de science fiction. La ville devient un des personnage de l'histoire parce qu'elle nous est familière, une peu comme dans SINT ou Amsterdamned.

Ce film a été réalisé apr une équipe talentueuse et financé par la fondation Blender[2] (Elle aussi basée à Amsterdam). Cette fondation finance de jeunes réalisateurs qui font des films utilisant le logiciel Blender, un logiciel libre de modélisation 3D utilisé par de nombreux studios à travers le monde.

Le prochain film

Je profite donc de cet article pour vous présenter cette fondation ainsi que son dernier projet : Gooseberry par le réalisateur français Mathieu Auvray. Gooseberry a encore besoin de votre aide pour boucler son financement. Vous pouvez le faire directement en offrant votre aide dans le cadre du croudfounding ou d'achat d'espaces de sockage sur la page du projet. Amsterdam ne devrait pas jouer dans ce film mais ça promet d'être bien quand même.

Notes

[1] la licence me permet de le diffuser

[2] Et peut-être aussi par du placement produit «Mango»

Cathédrale impromtue (1/2)

Il y a bien longtemps, je suis allé visiter plan delta, ce projet fou de plusieurs ouvrages ayant pour but de stopper la mer quand elle fait le gros dos (pas si fou que ça comme idée). Ceci pour éviter les inondations meurtrières comme celles de la Sainte Elisabeth. Une des choses qui m'ont le plus marqué c'est ce plan de cathédrale, sur l'île artificielle de Neeltje Jans, au pied de l'Oosterscheldekering, à deux pas du musée qui présente le projet au public. Lorsqu'on gare sa voiture sur le parking à coté, ces rochers ressemblent à de simples rochers posés là pour éviter que des camping cars s'y garent mais y regarder de plus prêt (de plus loin en fait) on y découvre les plans d'une cathédrale.

J'avais posé une question sur le forum pour découvrir ce que tout cela signifiait mais sans grand succès. J'ai trouvé la réponse tout seul, que je vous livre ici.

la cathédrale de Reims sur Neeltje Jans (photo : Max Froumentin)

Ces cailloux sont l'œuvre de Marinus Boezem qui reproduit ici les plans de la cathédrale de Reims. Les plans de cathédrales gothiques ont un graphisme bien équilibré et je trouve que Reims est un bon choix. L'histoire ne dit pas si c'est ce qui a inspiré Marinus Boezem.

Sur le chemin au dessus de la cathédrale, trône le message :

Hier gaan over het tij
de maan, de wind en wij

Ce qui veut dire : « Ici, se tient au dessus de la marée, la lune, le vent et nous » Ce qui se rapporte aux travaux du plan delta bien plus que de la cathédrale de Reims. En effet, grâce au plan delta, les néerlandais peuvent se vanter d'être les seuls, après la lune et le vent à contrôler les flots.

Cette cathédrale est visible sur place mais on la voit mieux depuis le ciel.

Voir d'autres photos sur Vulgare.

The Pirate Bay n'est plus bloqué aux Pays-Bas

C'est par un Victoire pour l'Internet libre ! (Overwinning voor het vrije internet!) que le fournisseur d'accès XS4ALL a annoncé le verdict rendu aujourd'hui par le tribunal de la Haye sur l'affaire qui opposait Ziggo et XS4ALL à BREIN (le lobbie local des maisons de disque) sur le blocage du célèbre site de torrent The Pirate Bay. La cour a rendu son verdict aujourd'hui et les deux fournisseurs d'accès n'ont plus à en bloquer l'accès à leurs abonnés.

les employés de XS4ALL entend le verdict du jugement.

Dans le verdict que le fournisseur d'accès a publié sur son blog, il est indiqué que le blocage en question est disproportionné (onevenredig), nuisible (nadelige) et inefficaces (niet-effectieve). Une étude dont j'avais parlé dans un post précédent avait été présentée à l'audience. Le demandeur, avait contesté cette étude universitaire en avançant des mesures réalisées par Comscore et Alexa, des mesures qui sont réputées inexactes.

Un autre argument de la fondation de défense des maisons de disques, était que ces blocages n'étaient pas difficile à mettre en oeuvre. Il est vrai qu'il juste mobilisé plusieurs ingénieurs pendant des semaines. Ces coûts ont été supportés par les fournisseurs d'accès et le tribunal a relevé que ce n'était pas à eux de payer pour les infractions au droit d'auteur commises par leurs clients. En outre la fondation BREIN a été condamnée à verser 326.000 euros de remboursement de frais de justice.

Niels Huijbregts, le porte parole d'XS4ALL a maintenant indiqué que sa compagnie travaillait à la levée du blocus. Ce dernier étant réalisé en utilisant le DNS, il prendra un certain temps à être effectif le temps que les nouvelles informations sur les noms de domaines incriminés se propagent sur Internet. Il a aussi commenté le jugement en ajoutant que « Nous sommes très heureux de cet arrêt de la Cour. La liberté d'accès à l'information est ainsi préservée. C'est une bonne chose pour les citoyens néerlandais, pour l'Internet et pour les fournisseurs d'accès pour qui il est important de pouvoir remplir leur fonction de manière neutre. »

L'article de mon fournisseur d'accès termine sur une note d'espoir en rappelant que l'Internet est une chance pour les artistes et leurs éditeurs, que de nouveaux services voient le jour pour diffuser leurs œuvres (iTunes , Spotify et Netflix sont cités). Les possibilités sont immenses et ne doivent pas être limités. Le piratage ne s'arrêtera pas avec la limitation des libertés mais avec l'ouverture de nouveaux libres accès à cette culture.

Déjà les commentaires sur le web célèbrent cette victoire contre la censure. « brain vs Brein, brain wins »

De son coté, Tim Kuik, le directeur exécutif de BREIN n'a pas fait de commentaires.

Pirate Bay pas vraiment bloqué aux Pays-Bas

Je vous ai parlé en janvier 2012, du jugement concernant la censure de The Pirate Bay pour deux fournisseur d'accès (Ziggo et XS4ALL) à la demande de BREIN, l'organisme représentant les ayants (trop de) droits des maisons d'éditions de musique et de cinéma. Les fournisseurs d'accès ont fait appel mais le tribunal ne statuera le 19 septembre 2013. En attendant le jugement est exécutoire et les deux sociétés ont dut s’exécuter donnant quelques heures supplémentaires à leurs ingénieurs pour mettre le blocage en place.

En mai de cette année, un tribunal a ordonné, toujours sur requête de BREIN la même chose contre les grands fournisseurs d'accès restant. UPC, KPN, T-Mobile et TELE2 ont dut s’exécuter aussi en bloquer l'accès à plusieurs adresses pointant vers le site au bateau pirate. Contrairement au jugement précédent, le juge ne donne pas au demandeur le pouvoir de mettre les listes à jour lui même. Les fournisseurs d'accès ont malgré tout fait appel de la décision.

The Pirate Baywatch

Avec ces nouveaux cas de censure, la situation était suffisement intéressante pour que des universitaires d'Amsterdam s'y penchent de plus près. Ils ont publié une étude le 22 août dernier pour expliquer l'innéficacité des blocages. L'étude s'appelle Baywatch: two Approaches to Measure the Effects of Blocking Access to ThePirate Bay (PDF).

En effectuant deux sondages en mai et décembre 2012, les chercheur on essayé de cerner le comportement des internautes en fonction de leur fournisseur d'accès censuré (pour Ziggo et XS4ALL) et non censuré (pour les autres). Ils ont doublé ces sondages en étudiant les clients (essaims) qui étaient présents dans les fichiers partagés en BIttorrent à destination du public néerlandais et ont regardé de quel fournisseur ils venaient. Les chercheurs ont réalisé que le blocage de The Pirate Bay n'avait pas d'influence sur le comportement des internautes, ces derniers ont continué à télécharger des musiques et des films diffusés illégalement. Il a même été constaté une augmentation de cette pratique chez les abonnés de Ziggo et XS4ALL.

Je veux mon Pirate Bay !

Avec maintenant 6 fournisseurs d'accès qui bloquent le site de référencement de torrent The Pirate Bay, un nouveau besoin est né de contourner ces blocages. Un site répond à cette demande en expliquant quels sont les moyens qui s'offrent aux internautes pour le faire. Ik wil the Pirate Bay, pour Je veux the Pirate Bay (ikwilthepiratebay.nl) passent en revue les différents moyens : proxys, systèmes anonymiseurs, réseau Tor et même les VPN. Si vous ne connaissez pas tous ces noms techniques bizarres, le site les passe en revue et pèse le pour et le contre de chacun pour vous. Il ne vous reste plus qu'à faire votre choix.

Ik Wil The Pirate Bay

Ces techniques sont légales, elles sont pour certaines utilisées par des entreprises assurer la confidentialité de leurs communication, elles existaient avant le blocage et il était évident que les Néerlandais allaient apprendre à s'en servir. Mais BREIN a préféré obliger les fournisseur d'accès à opérer leur blocages inutiles.

Tu n'auras pas ton Pirate Bay

En réponse à cette étude, bruna/stemra, la tristement célèbre SACEM néerlandaise, a affirmé que les visites sur le site bloqué avait baissé de 80% et que ce blocage était une bonne chose parce qu'il allait permettre de bloquer d'autres sites. BREIN aimerait bloquer une douzaine d'autres sites.

Les arrondis

Avant même de venir m'installer aux Pays-Bas, j'aimais y faire mes courses et payer en liquide, dans la même monnaie qu'en France. L'euro est quand même bien pratique quand on vit à cheval entre deux pays. Pas de frais de change, pas de différence de taux ou de petite monnaie inutilisable qui traine au fond des porte-monnaie.

Avant même de venir m'installer aux Pays-Bas, j'ai aussi remarqué que, dans ce pays, les magasins n'aimaient pas les petites pièces. Pour éviter d'avoir des fonds de caisse trop lourds, les caissiers arrondissent la somme à 5 centimes près et ne s'embêtent pas avec les toutes petites pièces.

Dans ce magasin, l'arrondit (afronding) apparait comme une somme (positive ou négative) complétant le rendu de monnaie.

Nouveau mot: Afronding

Les arrondis respectent les règles aussi utilisées pour la vente de produits au poids. La somme à payer est la somme "ronde" la plus proche de la somme exacte à payer. Parfois le client «perd» deux centimes maximum, parfois, le commerçant les «perd». Dans l'ensemble, les magasins ne gagnent pas d'argent sur les arrondis mais font des économies sur la logistique autour des pièces et des fonds de caisse. La première enseigne a avoir lancé le mouvement est, il me semble, Albert Hein mais nombre de magasins et boutiques ont suivit le mouvement.

Ticket avec arrondis gagnant

Ticket avec arrondis gagnant

Ticket avec arrondis perdant

Ticket avec arrondis perdant

Disparition des centimes d'euro

Vous imaginez mon désarroi, moi, collectionnant les pièces en euro dans un pays qui ne les fait pas circuler. Au début, je pouvais encore récolter des petites pièces en cuivre dans les magasins qui ne pratiquaient pas encore les arrondis : La poste et les enseignes hard discount ou les prix sont au plus juste. Mais après quelques années même le Aldi du coin pratique les arrondis. Quand aux postes, elles ont fermé. Il était vraiment temps que le quitte le pays.

Le retour du roi

Les néerlandais n'on pas eu de roi depuis le 23 novembre 1890, date de la mort de Guillaume III, le grand-père de l'actuelle Beatrix. 123 ans pendant lesquels les reines se sont succédées avec leur princes de maris. Le titre de reine étant moins élevé que celui de roi, il fallait que le mari est un titre inférieur de selui de la souveraine. À partir de demain, les néerlanadais auront un roi en la personne de Guillaume-Alexandre (Koning Willem-Alexander) et une reine en la personne de Maximá. On peut penser que c'est une raison suffisante pour faire la fête encore plus que d'habitude. Voici donc quelques photos pour en rendre compte.

Monograme Willem Alexander

Le monogramme royal est affiché partout en ville et sur le Dam juste devant le palais royal, sur la place où aura lieu l'installation du nouveau roi. Photo : Ruben

Portraits royaux sur la tour National Nederlander.

Le monde des affaires est de la partie la tour de la National Nederlander affiche en grand les profils royaux. Photo : Christina

La soupe orange de Albert Hein

Coté populaire, on retrouve le orange même dans les soupes d'Albert Hein, l'enseigne a poussé la surenchère orange encore plus loin qu'en période de foot. Photo : What's Up Amsterdam merci Dana

La boule orange.

Même les républicains se mettent à l'orange mais c'est pour dénoncer ce folklore qui ne les fait plus rire. Leur mot d'ordre Weg met de monarchie veut en finir avec la monarchie. Il seront surement moins visibles à la télé que les hordes de fans en orange. Photo : Meedogenloos

Rencontre autour du vote électronique

Certains des français à l'étranger vont à nouveau devoir voter et ils vont à nouveau pouvoir le faire via Internet. Je recycle ici un article que j'ai écrit pour le candidat pirate il y a un an, au cours de la campagne des législatives. À l'époque je commençais juste à me rendre compte qu'il y avait un truc qui clochait dans le vote par Internet. J'ai voulut en savoir plus en découvrant l'expérience des Pays-Bas, lisez plutôt :

Lire la suite...

Amsterdam 2013, le printemps orange

Déferlement de touristes à prévoir pour un avril tout orange. Le site de l'office de tourisme ne s'y trompe pas et liste tout ce qu fait que 2013 est spécial pour la saison touristique :

2013 est une année très spéciale pour Amsterdam. Beaucoup de grands événements sont au programme comme la réouverture du Rijksmuseum et du musée Van Gogh. Aussi au programme la célébration des 125 ans du Concertgebouw, des 175 ans d'Artis, des 225 années de Felix Meritis et des 400 ans des canaux d'Amsterdam. Amsterdam a toujours été au 1er rang sur la liste de vos voayges à faire ? Alors 2013 sera l'année par excellence. Selon le Lonely Planet, Amsterdam est aussi la deuxième ville la plus intéressante à visiter en 2013. En bref, découvrez ici le programme et planifiez votre voyage à Amsterdam.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, les anniversaire c'est bien mais il n'y en a qu'un de vrai, celui de la reine : Konniginedag. Seulement voilà, avec l'abdicaton de la reine, cette fête va disparaitre. L'inauguration du roi Guillame-Alexandre (de huldiging van prins Willem Alexander) aura lieu comme prévu le 30 avril à Amsterdam. C'est aussi ce jour là qu'aura lieu la dernière fête de la reine. C'est le dernier jour pour vendre ses drapeaux et t-shirts avec le nom de la reine. Le premier mai, il sera trop tard.

feel orange facebook

Les sites de tourisme (ici) ne s'en cachent pas et font de la retappe en orange. Le site (officiel) de la fête de la reine est déjà prêt pour vendre tout ses objets inutiles, ses fonds de tiroirs jusqu'aux cm² sur ses pages. Tous les média sociaux et autres concours sont investis pour que ce laatste Konniginedag soit vraiment le plus rentable dernier.

L'année prochaine, la fête de la reine deviendra la fête du roi (Koningsdag). Elle aura lieu à l'anniversaire du nouveau monarque : le 27 avril. Elle sera toujours en orange.

Voir aussi : Le retour du roi

Quelle est la taille de la communauté française aux Pays-Bas ?

C'est une question que l'on m'a souvent posée et les réponses que j'ai pu lire ça et là ne se basaient pas sur des études précises. Jusqu'au jour où notre consul général nous a envoyé un petit encadré pour remplir sa lettre d'informations consulaires. La réponse est étayée :

Les Français installés aux Pays-Bas semblent souvent ignorer la taille de la communauté française aux Pays-Bas. Quelques chiffres sont utiles pour apprécier cette taille :

Le nombre de Français (binationaux inclus) inscrits au Registre des Français résidant hors de France tenu par ce Consulat (ceux qu'on appelait autrefois les immatriculés) sont actuellement au nombre de 23.743. Il faut toutefois garder à l'esprit que cette inscription est facultative et que de manière traditionnelle, de nombreux Français ne sont pas inscrits. Les statistiques néerlandaises, elles, faisaient état fin 2010 de 17.184 Français et de 17.601 Franco-néerlandais soit un total de 34.785 personnes ayant la nationalité française. Mais ce chiffre est forcément inférieur à la réalité :

1) ces statistiques sont basées sur les inscriptions dans les communes dont un certain nombre de Français sont exemptés (diplomates, fonctionnaires internationaux...). Par ailleurs de nombreux Français - probablement surtout à Amsterdam - ne satisfont pas à l'obligation d'inscription parce qu'ils sont dans une situation précaire ou à la limite de la légalité (hébergement ou sous-location qui est interdite aux Pays-Bas...).

2) les binationaux non néerlandais (nationalité française + nationalité tierce) ne sont comptabilisés que sous une seule nationalité : la nationalité belge ou luxembourgeoise prime dans tous les cas et, pour les autres pays européens, la nationalité retenue est celle qui arrive en premier dans l'ordre alphabétique. Un nombre (difficile à évaluer) de binationaux ne sont donc pas comptabilisés comme Français dans les statistiques néerlandaises. Compte tenu de ces éléments, on peut donc raisonnablement estimer la taille de la population française aux Pays-Bas (binationaux compris) à un chiffre se situant entre 36.000 et 40.000 personnes.

Je pense que depuis mars 2011, les informations ont peu évoluées et on peut penser qu'en 2013, le nmbre de français aux Pays-Bas se situent dans la même fourchette. Quand à connaitre la socioloie de ces français des Pays-Bas, il s'aggit d'une affaire encore plus difficile que de les cmoptabiliser. Le consulat qui voit passer les dossiers de bourses scolaires ou les demandes d'aide sociale peut en avoir une petite idée mais bien incomplète. La Maison des français de l'étranger qui réalise réguilièrement un sondage devrait un savoir un peu plus. Encore faudrait-elle qu'elle partage les données récoltées.

Les habitudes pornographiques

Encore une fois je vais comparer la France et les Pays-Bas dans les classements mondiaux. Encore une fois je vais prouver que les deux pays sont très différents et que tout deux sont les meilleurs dans leur catégorie[1]. Une fois n'est pas coutûme, l'étude sera très légère sur un sujet qui intéresse bon nombre de nos contemporains, il s'aggit d'une compilation des recherches effectuées sur un moteur suisse de matériel pornographique. Les données ont été compilées par pays sur une base inconnue (les origines géographiques des adresses IP sont parfois difficiles à déterminer) et la quantité de données collectée n'est même pas donnée. C'est à douter du sérieux de l'étude.

Donc voilà je vais vous en parler pour le fun (pour les lulz) et aussi pour augmenter l'audience de mon blog puisque je vais parler de sexe et de porn. L'étude est encore en ligne et est consultable au boulot sans risque. Voici les Global Internet Porn Habits.

Les recherches porno aux Pays-Bas Pour les Pays-Bas, pas de surprise, les gens crânent en montrant qu'ils parlent anglais, Ils utilisent des accronymes comme MILF ou POV. La spécificité d'un pays très humide où les gens aiment la nature est visible par le «squirt» et le «public» que l'on ne retrouve pas dans les recherches d'autres pays.

Les recherches porno en France Pour la France non plus, pas de surprise, la faible maitrise de l'anglais fait arriver «française» en troisième position après d'autres choix typiquement locaux. L'attrait très français pour la culture nippone est visible grâce à «Hentai» qui veut dire pervers dans la langue du soleil levant. Enfin on note une recherche gay chez les français uniquement, sans doute parce qu'il est plus difficile qu'aux Pays-Bas de trouver des gays en dehors de l'écran.

Note

[1] il doit y avoir environ une catégorie par pays

- page 1 de 62