Même si je continue à apprécier le principe, je pense qu'il y a des progrès à faire pour rendre le train vraiment attractif à commencer par le respect des horaires. Je suis effectivement arrivé en retard d'une heure à l'allée et de deux heures au retour. Suivant une vieille tradition de monopoles d'état, le train de nuit change de locomotive à chaque frontière et les compagnies partenaires n'ont pas l'air de refiler leurs meilleur matériel. Les locos sont soit vétustes soit en panne. La fraicheur des wagons rappelle d'ailleurs l'age des locomotives. Enfin, si le service était maintenu, je conseillerais de préparer un pic-nic parce qu'il n'y a pas de wagon restaurant ni même de bar. Le chef d'un seul wagon cantine des canettes et des paquets de chips pour ceux qui l'aurait oublié.[1]

Prague-Amsterdam dans le train de nuit CNL

La fin de la CNL à Amsterdam

Dans les toilettes, j'ai remarqué un tract noir en danois, allemand et néerlandais expliquant qu'il fallait lutter pour conserver ce service. Le tract annonce que la ligne de Copenhague sera supprimée le 14 décembre prochain. Les lignes consernées sont nombreuses et comme l'Allemagne est au centre de l'Europe, de nombreux pays sont touchés, supprimées ou raccourcies.

  • Amsterdam- Copenhagen
  • Copenhagen-Prague
  • Prague-Amsterdam
  • Basel-Copenhagen
  • Berlin-Paris
  • Hamburg-Paris
  • Paris-Munich

Amsterdam et Copenhague peuvent dire adieu aux trains CNL. Paris aussi puisque les liaisons avec la France sont toutes supprimées. La compagnie annonce que le nombre décroissant de clients ne permet pas de maintenir le service. Comme l'écrit le Guardian, vu la ponctualité et la fraicheur des trains, cette décroissance du nombre de clients est une prophétie auto-réalisatrice. La compagnie DB espère rediriger la clientèle restante vers ses ICE internationaux qui assurent les liaisons entre les mêmes villes mais cette dernière ira surtout remplir les sièges des Easyjet Transavia et Ryanair. Tant pis pour tous.

Les protestations

Bien sûr, il y a des inconditionnels du train. Tout le monde n'est pas abonné à «la vie du rail » mais certains son sensibles aux avantages listés ci-dessus, d'autres pensent à leur empreinte écologique quand ils voyagent et ils évitent l'avion. Il y a de nombreuses raisons de regretter ces trains de nuit. Plusieurs pétitions ont donc été lancées. Dans les pays concernés (France, Pays-Bas, Danemark et Allemagne) ou par ligne comme celle d'Amsterdam-Prague qui va devenir Cologne-Prague. Un site suédois, pays non desservit par la CNL, en appelle même à l'union européenne pour conserver ce mode de transport moins émetteur de CO<sub>2</sub> que l'avion.

Puisque c'est vous et que j'ai le temps, je vous liste ici l'ensemble des pétitions pour le maintient des lignes CNL :

Chaque pétition rassemble plusieurs milliers de signatures mais ce n'est pas forcément ces signatures qui vont remplir les trains alors pour le moment, les compagnies ne changent pas d'avis. De plus les initiatives pétitionnaires sont diffuses et ne font pas le poids parce qu'elles se font concurrence. De l'autre coté DB n'a pas de concurrent sur ces lignes. C'est peut-être là que repose la solution, une compagnie concurrente orientée service, capable de reprendre le service avec une offre moderne et rentable. Trenitalia et Transdev sont en train de montrer en France que ce n'est pas impossible.

Note

[1] Je n'ai fait que deux voyages et mon expérience n'est pas significative. Mais je la partage malgré tout d'autant que la fraicheur des wagons et l'absence de wagon-restaurant peut se vérifier sur tout autre trajet.