Mot-clé - coutumes

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, 31 décembre 2021

Moins de pétarades pour le nouvel an

Les festivités du jour de l'an se suivent et se ressemblent à ceci près que pour la deuxième année consécutive, le gouvernement a interdit la vente de feux d'artifice tant prisés pour le passage de l'ancienne la nouvelle année (oud en nieuw). La raison de cette interdiction est liée à la pandémie de COVID-19 : Limiter les accidents liés à ces explosifs pour maintenir les capacités des hôpitaux. Pas encore de prise en compte donc, de l'impact néfaste de cette tradition sur l'environnement et la santé publique pourtant de plus en plus évoqué.

L'interdiction néerlandaise

L'interdiction est temporaire et exceptionnelle mais elle est en place pour la deuxième année consécutive depuis le 19 novembre. Le gouvernement a spécifiquement interdit l'usage et le transport des feux d'artifice les plus dangereux (catégorie F4, F3 et F2) pour réduire le nombre d'accidents liés à leur usage. Dans la liste des matériels interdits, les pétards comme les « tapis chinois » arracheurs de doigts, les fusées et les chandelles romaines bien trop souvent orientés dans une mauvaise direction[1]. Le communiqué de presse du gouvernement précise que les professionnels du secteur seront à nouveau indemnisés pour le manque gagner. Dans les faits, les ventes continuent mais les pétards et les fusées sont remplacés par des feux décoratifs qui sont autorisés et souvent plus chers. NOS souligne d'ailleurs que cette tendance a commencé avant l'interdiction.

Le gouvernement précise aussi que l'interdiction ne concerne pas les spectacles pyrotechniques lancé par des professionnels à l'initiative des municipalités, pratique peu répendue qu'il semble encourager.

L'interdiction anglaise

Ailleurs, en Belgique ou en Grande-Bretagne, les autorités annulent les feux d'artifice lancées par les villes pour éviter les grands rassemblements vecteurs de transmission du virus. Ainsi, Londres annule pour la deuxième année consécutive son lancé depuis les rives de la Tamise qui attirait les foules. Pour avoir des réjouissances pyrotechniques les Anglais lancent les feux d'artifice eux même, à la façon des Hollandais[2]. Cette nouvelle pratique n'est pas du goût des association s'occupant d'animaux qui se plaignent du stress qu'engendre tout ce bruit et ces odeurs durant la nuit du 31 décembre au premier janvier. Là bas aussi les pétards sont passés de mode et la tendance est aux feux d'artifice silencieux pour le « bien-être animal ».

L'impact environnemental

Il reste que les animaux ne sont pas seulement gênés par le bruit mais aussi par la pollution de l'air générée par tous ces explosifs. Tout le monde peut voir l'air s'épaissir en ville dans les premières heures de l'année et il ne faut pas être devin pour en déduire que ces particules fines en suspension ne sont pas bonnes pour la santé. Les dégâts du nouvel an ne sont pas que matériels. Seulement, ceux sur la santé et l’environnement sont difficiles à quantifier. Une étude de 2019 a mis au jour la quantité et le type de particules fines causés par les feux d'artifices du nouvel an en effectuant des mesures a Graz en Autriche et Brno en Tchéquie. Cette étude parle de dépassement de seuil de polution, de magnésium, aluminium, cuivre, potassium ou de strontium et d'un effet sur la santé qui ne peut être ignoré.

À Brno les réjouissances pétaradantes durent environ 40 minutes avant de se calmer. Je n'ose pas imaginer quels auraient été les résultat des mesures si elles avaient eu lieu à Amsterdam, ville où les explosions ne s’atténuent pas avant 2h du matin.

Le problème est connu aux Pays-Bas et c'est peut-être ce qui explique l'évolution de la consommation avant même les restrictions. Le site Milieu Centraal, explique la marche suivre quand on veut lancer un feu d'artifice en réduisant son impact sur la nature. Il rappelle que cette activité est régulée depuis longtemps et que son impact sur l’environnement est important. Ses recommandations sont:

- 01 Ne pas acheter de feux d'artifice illégaux (sans le marquage CE) qui contiennent des substances toxiques. - 02 Réduire le nombre de lancés et se regrouper avec les voisins pour le faire ou bien juste regarder les autres. - 03 Nettoyer les déchets dès que possible de manière à ce que les substances toxiques ne se retrouvent pas dans l’environnement. - 04 Ne pas acheter de feux d'artifice contenant du plastique comme les balles explosives (knetterballen)[3] Le plastique ne se dégrade pas dans la nature. - 05 Si vous êtes allergiques à la pollution éviter de sortir les premières heures de l'année.

Des conseils de bon sens en fait. On pourrait préciser que les feux d'artifices décoratifs sont peut-être plus sympa pour le stress des animaux parce qu'ils ne font pas de bruit mais ils sont souvent plus polluant parce qu'à base de métaux comme nous le rappelle scientias.nl avant de conclure par un « faut-il interdire les feux d'artifice ? » Bien polémique. Il semble que cette interdiction soit possible en temps de COVID mais faut-il vraiment fêter l'année avec des interdictions ?

Notes

[1] comme dans le fameux film du LAAF de 2007

[2] et de nombreux autres pays d'Europe.

[3] Ces dernières sont d'ailleurs de moins en moins disponibles en magasin suite à une campagne contre elles.

lundi, 18 novembre 2019

Les autres manières de dire bonjour et au-revoir

Je vous ai parlé de ce curieux tic de langage Doei doei que ce lançaient les amstelodamois pour se saluer avant de se quitter. Il semblerait que ce soit un phénomène local et que le "Salut" néerlandais se décline de nombreuses manières différentes selon la région province.

Ailleurs, on se salue plutôt à base de Moi, adieë, daag ou même salu. Lisez plutôt:

Lire la suite...

lundi, 4 juin 2018

Doei, douille

C'est toujours surprenant pour les primo-arrivants de voir comment les locaux se saluent. Pour se dire en revoir, ils essaye de ce remémorer l'histoire du fou qui change une ampoule. Et ils se crient, parfois de l'autre bout de la rue (à vélo) « douille ! douille ! ».

Nouveau mot: Doie

Bon en fait c'est l'impression que ça donne mais c'est un peu différent… En fait ils se saluent pour se dire au revoir (et parfois à vélo) en disant "doei! doei!" parfois "doe-doei" ou bien "doe — oei" qui peuvent s'entendre respectivement «douille douille», «dou-douille» ou «dou-ouille».

Doei ça vient?

En fait cette salutation vient de Dag! qui est une version courte de "Goede dag" ou "Goeje dag" qui se traduit littéralement bon jour. Rien de plus normal que de se souhaiter une bonne journée au moment de se quitter. Rien de surprenant que cette salutation récurrente trouve des diminutifs familiers façon 'lut, bail, tchô… Ici le Dag est devenu doei et très vite tout le monde l'adopte, même les allochtones, même ceux qui ne parlent pas vraiment la langue.

Bon allez, doei à la prochaine…

mardi, 16 janvier 2018

Jeroen Dijsselbloem ou la dutch arrogance

En mars dernier, Jeroen Dijsselbloem, le ministre des finances néerlandais et président de l'Eurogroupe[1] a suscité la colère dans les pays du sud de l'Europe avec sa réplique destinée aux Grecs du genre « Vous ne pouvez pas dépenser votre argent en alcool et en femmes et après venir pleurnicher pour avoir de l'aide. Suite aux protestations ils s'était justifié en prétextant la franchise très calviniste des Néerlandais. Cette justification a bien sûr attisé les animosités entre l'Europe du nord et celle du sud au sein de l'Eurogroupe et dans les éditoriaux. Non seulement il évitait bien de demander des excuses pour avoir offensé un peuple mais en plus il donnait le crédit de la franchise à ce qui ne sont que des conneries de café du commerce.

Dijsselbloem qui regarde des enfants de haut

Seulement voilà le ministre a été unanimement applaudit au pays. Non pas parce qu'il gère bien les relations avec ses partenaires de l'Eurogroupe mais parce qu'il a agit en bon Néerlandais en faisant preuve de franchise. Il a eu droit à la reconnaissance de son Premier Rutte et de l'ensemble de la classe politique. Quand ailleurs ont trouve cette attitude brutale et rustre, les Néerlandais son fiers d'être francs. C'est là une grande différence qu'ils ont avec les Français.

Note

[1] Jeroen Dijsselbloem n'est plus président de l'Eurogroupe depuis le 13 janvier 2018. Il a été remplacé par le portugais Mário Centeno.

Lire la suite...

mardi, 15 septembre 2015

La note des millions et sa valise

Le troisième mardi de septembre et le jour de la présentation du budget et de la politique générale du gouvernement lue à la presse et aux députés par le ministre des finances et roi. Ce jour, appellé Prinsjesdag a déjà été décrit sur ce blog.

Troisième mardi de septembre

En présentant ce jour en 2007, j'expliquait que le ministre des finances se balladait dans les rues en portant une valise estampillée Derde Dinsdag in September qui signifie Troisième mardi de septembre. La photo de cette valise illustrait cet article.

Nouveau mot : Miljoenennota

Nota c'est la note et Miljoen c'est million. Quand il y en a plusieurs, les nérlandais disent Miljoenen. Logiquement Miljoenennota, c'est la note des millions, le budget de l'année à venir, élaboré par le ministère des finances et présenté au Prinsjesdag, juste après le discours du trône prononcé par le roi. Cette note des millions est enfermée dans une valise avec le budget de l'état (Rijksbegroting). Le ministre des finances le porte donc son budget dans cette valise jusque la salle des chevaliers où il est présenté. La note des millions est une sorte de présentation de ce budget qui est lu lors de la présentation.

Nouveau mot : Koffertje

Witteveen__H.J._-_SFA003000443.jpg Koffer signifie valise. c'est donc une valisette (Koffertje) que transporte le ministre des finances en ce jour protocolaire. Et comme le protocole est important, cette valise a même sa place sur le site de la deuxième chambre où il est expliqué ce qu'elle contient. Le site ne s'attarde pas sur le maroquin beige et le grainage de la valisette, juste une photo rappelle à quoi elle ressemble.

Cette valise a été offerte en 1964 à Johan Witteveen (photo ci-contre), ministre des finances de l'époque, par l'imprimerie d'État à l'occasion des 150 de l'établissement. Cette valise a été transporté par tous les ministres des finances depuis lors comme le montre cette galerie de photos sur Wikimedia commons La dernière photo de Jeroen Dijsselbloem, actuel ministre des finances:

 Jeroen Dijsselbloem et sa valisette à la deuxième chambre

Het koffertje van Lieftinck

Avant 1964, les ministre des finances portaient une autre valisette qui renfermait, elle aussi la note des millions. Elle était de facture plus classique, en cuir acajou et avec les coins renforcés. Les armes royales n'y figuraient pas mais le Derde Dinsdag in September y était imprimé en lettres dorées. Ce modèle est connu comme la valisette de Lieftinck (Het koffertje van Lieftinck). Pieter Lieftinck était le ministre des finances de l'après guerre. C'est lui qui a lancé la tradition de la note des millions en 1947, année du premier budget d'après élaboré par le gouvernement néerlandais. Le ministre a donc dépensé quelques florins pour acheter cette valise chez le maroquinier Van de Broek à la Haye. Les lettres de Derde Dinsdag in September y ont simplement été collées.

Het koffertje van Lieftinck

C'est une sorte de surprise que de voir cette ancienne valisette accompagant à nouveau le ministre des finances.

vendredi, 12 décembre 2014

Pour se soulager (5)

J'ai déjà passé en revue les différents moyens de se soulager à Amsterdam. C'est surtout qu'il y a des moyens qu'il ne faut pas utiliser. Pisser dans la rue par exemple ce n'est pas autorisé. Vu le nombre de touristes (et locaux) imbibés qui débarquent les vendredi soir, il est bon de le rappeler. C'est ce que fait la mairie en apposant ces panneaux dans les quartiers de sortie.

Ne pas pisser dans la rue

Pour que les imbibés puissent se soulager, elle met à disposition des bacs à pipi en plastique qui sont évacués à la fin du week-end. Il y a aussi quelques vespasiennes, qu'on appelle krull, dans la ville mais ces dernières tendent à être remplacées par des toilettes publiques plus modernes. Tout ça pour dire qu'il ne faut pas pisser dans la rue.

Parce que pisser par terre c'est sale et que ça pue, parce que l'urine est corrosive et que ça abîme les murs qui soutiennent souvent des bâtiments historiques classés, parce que même les jours suivants ça pue, parce que c'est interdit par arrêté municipal, parce que c'était peut-être pas la peine d'accepter cette dernière bière, parce que la chaussée n'est pas en émail… Tout ça pour dire qu'il ne faut pas pisser dans la rue.

voir aussi

jeudi, 13 novembre 2014

Où vas-tu zwarte Piet ?

Saint Nicolas est revenu comme tous les ans et cette année encore il est accompagné de ses serviteurs peints en noir, les zwarte Piet. Chose nouvelle cette année, les zwarte Piet ammènent avec eux la discorde et les polémiques. Le joyeux drille ne fait plus rire tout le monde, ses opposants trouvent la création de ce personnage raciste et veulent fêter Sinterklaas (Saint-Nicolas) sans eux.

Lire la suite...

mardi, 27 août 2013

Les arrondis

Avant même de venir m'installer aux Pays-Bas, j'aimais y faire mes courses et payer en liquide, dans la même monnaie qu'en France. L'euro est quand même bien pratique quand on vit à cheval entre deux pays. Pas de frais de change, pas de différence de taux ou de petite monnaie inutilisable qui traine au fond des porte-monnaie.

Avant même de venir m'installer aux Pays-Bas, j'ai aussi remarqué que, dans ce pays, les magasins n'aimaient pas les petites pièces. Pour éviter d'avoir des fonds de caisse trop lourds, les caissiers arrondissent la somme à 5 centimes près et ne s'embêtent pas avec les toutes petites pièces.

Dans ce magasin, l'arrondit (''afronding'') apparait comme une somme (positive ou négative) complétant le rendu de monnaie.

Nouveau mot: Afronding

Lire la suite...

mercredi, 17 avril 2013

Amsterdam 2013, le printemps orange

Déferlement de touristes à prévoir pour un avril tout orange. Le site de l'office de tourisme ne s'y trompe pas et liste tout ce qu fait que 2013 est spécial pour la saison touristique :

2013 est une année très spéciale pour Amsterdam. Beaucoup de grands événements sont au programme comme la réouverture du Rijksmuseum et du musée Van Gogh. Aussi au programme la célébration des 125 ans du Concertgebouw, des 175 ans d'Artis, des 225 années de Felix Meritis et des 400 ans des canaux d'Amsterdam. Amsterdam a toujours été au 1er rang sur la liste de vos voayges à faire ? Alors 2013 sera l'année par excellence. Selon le Lonely Planet, Amsterdam est aussi la deuxième ville la plus intéressante à visiter en 2013. En bref, découvrez ici le programme et planifiez votre voyage à Amsterdam.

Lire la suite...

jeudi, 8 décembre 2011

Les lettres en chocolat sont équitables

Label Fairtrade Max Havelaar Les fabricants de chocolat ont presque tous embrassé le commerce équitable pour leurs lettres en chocolat. Véritable tradition néerlandaise pour les fêtes de la Saint-Nicolas[1], les lettres en chocolat ont été l'enjeu il y a quelques années de combats symboliques pour attirer l'attention des consommateurs sur leurs choix et sur le commerce équitable. L'opération s'appelait le Saint Nicolas vert.

Cette année encore, la campagne continue[2] mais on peut déjà constater les progrès faits dans la grande distribution. Dans de nombreuses enseignes l'ensemble des lettres en chocolat sont vendus avec un label équitable ou durable (duurzaam). Il y a même un site en ligne qui ne vend que des ses lettres en chocolat équitables (fairtradechocoladeletters.nl).

Label UTZ Certified Il y a deux labels reconnaissables, le fameux label Fairtrade né au Pays-Bas sous le nom "Max Havelaar" et le label UTZ Certified. Ces labels sont tous les deux nés d'initiatives privées certifiant le café vendu en occident comme respectueux du niveaux de vie des producteurs et de l'environnement[3]. Le cahier des charges des deux labels sont équivalents, ils exigent une traçabilité des produits du producteur en bout de chaine de transformation. Ils exigent un bon niveau de gestion de l'exploitation agricole, une gestion durable de l’environnement et surtout une rémunération et une protection (sociale) des producteurs leur permettant de vivre convenablement.

Pourquoi donc deux labels me direz-vous s'ils certifient la même chose pour les mêmes produits. Il existe en fait une différence de taille entre Fairtrade et UTZ Certified. Le premier, géré par l'organisme FLO, fixe les prix de vente des produits agricoles pour assurer la bonne rémunération des producteurs. Le second ne veux pas fixer de prix mais se cantonne à vérifier le bon niveau de vie et de protection sociale des producteurs. Les deux systèmes ont leurs promoteurs et leurs détracteurs. Certains reprochent à FLO de faire preuve de paternalisme en imposant depuis l'Europe un niveau de prix et un mode de gestion à des producteurs du sud. Certains reprochent à UTZ Certified de laisser la part belle au marché en gardant les prix libres ce qui permet aux acheteurs du nord d'imposer leurs règles. UTZ Certified apparaissant comme un label Fairtrade light qui ne s'attaquerait pas au vrai problème. Le Saint Nicolas vert, lui, accepte les deux labels comme preuve de chocolat équitable.

Dommage que le 5 décembre au soir, la campagne s'arrête et que la choix de chocolat équitable s’amenuise avec le départ de Saint Nicolas (Sinterklaas).

Notes

[1] Voir mon dernier article sur le passage de Saint Nicolas

[2] voir groenesint.nl

[3] Les deux labels Fairtrade et UTZ Certified sont présenté sur ce site néerlandais de trucs bio et durable.

- page 1 de 6