samedi, 3 mars 2007

Dimanche au musée CoBrA

Il y a un mois, nous sommes allé au musée CoBrA pour l'art contemporain (Cobra museum voor moderne kunst) à Amstelveen, au sud d'Amsterdam. Moi qui ne connaissais pas ce mouvement, j'ai été enchanté de le découvrir dans ce musée.

Comme le dit bien la page Wikipédia sur CoBrA, CoBrA reprends les premières lettres des villes où étaient établit les artistes fondateurs du mouvement : Copenague, Bruxelles, Amsterdam. Ayant la chance d'habiter dans la troisième de ces villes, j'ai pu constater qu'ici, le mouvement est surtout connu grâce à quelques peintres locaux et en particulier Karel Appel et Guillaume Corneille (Cornelis Van Beverloo). C'est pourtant un autre artiste, plus méconnu, sur lequel j'ai flashé, Anton Rooskens pour lequel le musée rendait un homage par le biais d'une exposition temporaire.

La page Wikipédia sur CoBrA indique aussi que le mouvement se réfère à l'art populaire nordique, à l'art primitif, aux dessins d'enfants, à l'expressionnisme et à l'automatisme surréaliste. Pour ce qui est des dessins d'enfants, on peut dire que la boucle est bouclée. Quelques gamins ont passé leur après-midi à jouer dans les salles presque vides du musée il se sont amusés à reproduire les toiles accrochées au mur. On les voient ici devant une toile de Lucebert (Lucebertus Swanswijck) et un tableau monumental de Constant (Constant Van Nieuwenhuis).

vendredi, 2 mars 2007

Anne Frank en Keffieh

pochoir d'Anne Frank en keffieh

Je pourrais laisser cette photo sans légende...

Ces portraits d'Anne Frank portant un keffieh rouge a fleuri il y a déjà quelque temps en différents lieux d'Amsterdam. Un article avance que ce serait l'?uvre de Banksy, un artiste de rue anglais.

vendredi, 5 janvier 2007

Suicide collectif de nounours

Suicide collectif de nounours Ceci n'est pas un conte de Noël

C'est par une belle matinée de l'hiver 2005, je découvrais encore Amsterdam et je pensais encore que c'était une ville agréable à vivre pour tous. Je pensais que toutes les habitants d'Amsterdam étaient cools et heureux de vivre dans cette ville, tout près de ces canaux bordés de maisons flamandes. Parfois, l'alure sympatique des gens n'est qu'un leure, l'apparence de bien-être cache des drames et j'ai été témoin de ce genre de drame. En ce matin du 26 février 2005, j'ai découvert avec stupeur cette scène horrible. Si l'arbre pouvait parler, il serait aphone à l'idée de devoir racconter ce qu'il a vu cette nuit là. des dixaines de peluches, des nounours, des mille-pattes et même un Némo sont tous pendus à ses branches.

nounours suicidé

Aujourd'hui ce suicide reste pour moi un mystère. Je pense souvent à ces peluches qui ont eu une vie si brève. J'ignore tout de leur conditions de vie, j'ignore si une enquète a été déclanchée, tout ce que je sais c'est que dans cette sinistre nuit du 25 au 26 février, elles ont toutes décidées de mettre fin à leur jours sur le même arbre, sous les mêmes fenêtres.

Suicide collectif de nounours

vendredi, 10 novembre 2006

Carnet de voyage

détail carnet de croquis de Danny Gregory sur Amsterdam Le week-end approche. Il faut présenter des choses plus agréables qu'hier afin que tout le monde passe un bon week end...

Si je vous propose une balade à Amsterdam, c'est une bonne occupation pour ce eek end non ? Pour ma part, je vais retourner en France mais Je peux vous laisser avec ce joli carnet de croquis de Danny Gregory. Une bien belle balade dans ma ville.

Danny Gregory a noircit 15 pages de son carnet de croquis sur la Ville d'Amsterdam. Ses notes historiques ou anecdotiques en anglais accompagnent agréablement ses dessins inspirés de la vie de la ville (des facades flamandes aux moto-crottes). J'aimerais bien vous faire découvrir Amsterdam de la même manière mais ce week end, je suis à Paris...

jeudi, 26 octobre 2006

Panneaux : besoin de traduction

Voici quelques panneaux que j'ai découvert cet été en plus des panneaux habituel de non-stationnement pour vélo. J'ai pris en photo tous ceux que j'ai vu sur cette place et je n'arrive toujours pas à comprendre ce qu'il y a écrit dessus. J'aimerais avoir un petit coup de main pour traduire ces panneaux. Pouvez-vous m'aider ?


1: ...openlijk ten toon te stellen, aan te bieden of aan te brengen...


2: ...TE HOUDEN OF TE DOEN HOUDEN...


3: ...TE VERONSTRUSTEN...


4: ...die op de plaats van bestemming hetzij direct, hetzeij indirect met de grond is verbonden...


5: ..de rechthebbende op een boom, een heg, een heester of enig andere beplanting..


6: ...of in enstige mate afbreuk doen aan het uiterlijk ten aanzien van de openbare ruimte...

Envoyez vos traductions en français en commentaire et dans l'ordre des panneaux. Attention, je pense que la démarche est artistique il faut donc sûrement faire preuve d'originalité. Merci d'avance.

mercredi, 4 octobre 2006

Albert Cuyp : le peintre

Je vous ai déjà présenté le marché qui porte le nom de cette rue mais pas le peintre qui a donné son nom à la rue.

'Aelbert Jacobsz Cuyp' (1620-1691) est donc un peintre paysagiste hollandais du 17e siècle, cette époque où les plus grands peintres étaient hollandais. Je ne suis pas très fan de toute cette vieille peinture mais elle est inévitable dans ce pays, surtout quand on va au marché... Pour en découvrir plus, je peux vous inviter à vous pencher sur la notice de ce peintre sur le site du Rijksmuseum.

Albert Cuyp aurait tout appris de Jacob Gerritsz mais il se serait démarqué ensuite en peignant des paysages à l'apparence plus exotique qu'on disait d'inspiration italienne. En fait, il n'est jamais allé en Italie (Il était trop confortablement installé dans son appartement bourgeois de Dordrecht). Ce peintre est surtout connu pour son traitement de la lumière. Ses tableaux représentent souvent des scènes éclairées par la lumière rasante du soleil couchant ou levant, révèlant souvent des détails inatendus dans le paysage.

Chateau de Loevestein par Albert Cuyp

Vous pouvez admirer quelques ?uvres qu'on lui a attribué sur le site de exit to art.

page 2 de 2 -