lundi, 13 juillet 2015

Cathédrale impromtue (2/2)

Parfois, au détour d'un petit tour en voiture ou à vélo, on découvre qu'on est passé à proximité d'une cathédrale. Cathédrale construite dans un endroit et d'un matériau inhabituels. J'ai parlé de cette cathédrale de Reims en rochers à proximité du delta project, réalisée par Marinus Boezem. Mais l'artiste ne s'est pas arrêté à cette seule cathédrale. L'une d'elle se croise sur l'île du Flevoland, le long des pistes cyclables d'Almère. C'est la cathédrale verte, (De Groene Kathedraal).

La cathédrale verte

La cathédrale verte est en fait mieux visible du ciel et aujourd'hui même les plans du coin la font apparaître, ce qui n'était pas le cas pendant de nombreuses années. Ici vous pouvez la voir sur OpenStreetMap :

La Cathédrale verte sur Openstreetmap

La cathédrale verte est en fait une double cathédrale, le monument lui même, composé de peupliers plantés de la même manière que les piliers de la cathédrale de Reims, et une clairière dans le bois juste à coté, de la même taille et forme que la cathédrale. Tout est fait comme si les arbres avaient été transportés d'un lieu d'extraction à un lieu de construction, comme pour les pierres d'une cathédrale. Ici, la clairière est à quelques minutes de marche de la cathédrale verte.

chaque arbre est relié par un petit chemin piéton qui achève le plan de la cathédrale. Au sol, on voit les chemins et on peut les emprunter mais on voit surtout un grand bosquet de peupliers dont l'alignement est peut être singulier mais pas très explicite.

La Cathédrale verte au sol

Comme pour les crop circles anglais, il faut prendre de la hauteur pour admirer au mieux ce monument arboricole. Les meilleurs photos sont donc prises d'avion ou de drônes et montrent la cathédrale verte dans toute sa splendeur.

La Cathédrale verte vue du ciel

La construction de la cathédrale a commencée en 1987 quand la mairie d'Almère a décidé de planter selon les plans de Marinus Boezem conçus en 1978, des chênes et des hêtres et des haies selon le plan de cette cathédrale, ainsi qu'une autre avec des peupliers de Lombardie. La première cathédrale tombait en ruine à mesure que les arbres poussaient de manière irrégulière (c'est aujourd'hui la clairière) alors que la seconde montait vers le ciel lentement comme devait le faire la cathédrale de Reims au 13ème siècle. En 1996 les peupliers étaient suffisamment grand pour que la cathédrale soit officiellement ouverte et les chemins ont été installés au sol. Le musée du Pavillon d'Almere (Museum De Paviljoens) qui présente cette oeuvre, la date de 1978-1996 comme si l'artiste avait passé presque 20 ans à travailler dessus.

En fait ce sont les arbres qui ont fait le plus gros du travail en poussant pendant toutes ces années. Cette œuvre de land art s'intègre tellement dans le paysage que c'est le paysage qui la fait vivre...

vendredi, 26 juin 2015

Mes vacances en Asie

Autant vous le dire tout de suite pour éviter toute confusion, je ne suis pas parti en Asie et je ne vais donc pas vous parler de mes vacances[1]. Je vais vous parler des vacances de Zilla van den Born, graphiste-designeuse d'Amsterdam. Ces vacances en Asie, ce sont les siennes.

L'année dernière, Zilla terminait son cursus de graphisme à l'école d'art d'Utrecht (Hogeschool voor de Kunsten Utrecht) plus connue sous le nom d'HKU. Son projet de fin d'année se devait de montrer sa créativité et sa connaissance en matière d'édition d'images, de production video, de documents imprimés etc. Le coté créatif de son projet l'a rendu célèbre ce qui est très bon quand on se lance dans cette activité et comme elle sort de l'école quoi de mieux qu'une blague de potache. Elle a fait croire à ses amis et famille qu'elle était partie en vacances en Asie du sud-est alors qu'elle est resté cinq semaines dans sa chambre à Amsterdam. Son projet de fin d'année est exposé sur le site de l'école sur la page Sjezus zeg Zilla. Sjezus zeg Zilla (Oh mon Dieu Zilla) est la réaction de ses proches quand ils ont découvert la supercherie.

Sjezus zeg Zilla page

Pour berner son monde, Zilla a simplement alimenté sa page facebook, son twitter et son compte vimeo avec des messages des photos et des vidéos de ses soit-disant vacances, messages, photos et vidéos qu'elle peaufinait depuis sa chambre Amstelodamoise. Pour les photos de food porn[2], elle est simplement allée diner dans un des nombreux restaurants asiat' de la capitale mais pour les photos de plongée ou de voyage en tuk-tuk, elle s'est assuré la complicité dans copain photographe qui manie la retouche d'image à merveille comme tout bon photographe. Le plus déroutant vient peut-être les sessions skype qu'elle avait avec ses proches, soit-disant depuis son hôtel alors qu'elle était toujours dans sa chambre à Amsterdam, après s'être offert un coup de soleil dans un solarium de la ville.

Une autre vidéo de la blagueuse montre ses famille et amis devant l'annonce de la supercherie. Surprise, étonnement, incrédulité et colère se lisent sur les visages. Si certains ont trouvé ça rigolo, d'autres n'ont pas du tout apprécié que leur petite Zilla (Sjesus zeg Zilla) leur mente.

Une nouvelle approche des médias sociaux ?

Pourtant, on peut dire que tout le monde le sait, les média sociaux ne sont pas le miroir de la vérité. Il véhicule plutôt une image que chacun se sculpte plus ou moins consciencieusement, plus ou moins consciemment. Zilla a expliqué à la publication de son projet que « tous le monde sait que les images des mannequins sont trafiquées mais nous oublions souvent que nous trafiquons aussi la réalité avec nos propres vies ». Au delà des images, c'est notre vie entière que nous passons sous le filtre des média sociaux et l'expérience de Zilla montre jusqu'à quel point cela peut aller[3].

Si la blague de Zilla est un gros mensonge assumé, combien d'entre nous archivent une image mensongère de leur propre vie sur les réseaux sociaux sans vraiment l'assumer ? La question reste ouverte mais cela nous rappelle qu'il est préférable de prendre les messages que nous recevons en ligne avec parfois plus de pincette que nous ne le faisons habituellement.

Les vacances

Ce premier juin, Zilla a posté une photo de son départ en vacances sur son compte facebook... Devinez quelle est la première réaction ?

Zilla part en vacances

Notes

[1] Pour ceux qui veulent en savoir plus sur mes vacances en Asie, je vous invite à relire ce billet avec une photo de la rivière Tembeling en Malaisie.

[2] Vous savez, ces gens qui postent une photo de ce qu'ils ont dans leur assiette...

[3] C'est un sujet d'étude qui continuera à être exploré je pense, ici Zilla est citée dans une convention de communication en Allemagne !

mardi, 8 avril 2014

Cathédrale impromtue (1/2)

Il y a bien longtemps, je suis allé visiter plan delta, ce projet fou de plusieurs ouvrages ayant pour but de stopper la mer quand elle fait le gros dos (pas si fou que ça comme idée). Ceci pour éviter les inondations meurtrières comme celles de la Sainte Elisabeth. Une des choses qui m'ont le plus marqué c'est ce plan de cathédrale, sur l'île artificielle de Neeltje Jans, au pied de l'Oosterscheldekering, à deux pas du musée qui présente le projet au public. Lorsqu'on gare sa voiture sur le parking à coté, ces rochers ressemblent à de simples rochers posés là pour éviter que des camping cars s'y garent mais y regarder de plus prêt (de plus loin en fait) on y découvre les plans d'une cathédrale.

J'avais posé une question sur le forum pour découvrir ce que tout cela signifiait mais sans grand succès. J'ai trouvé la réponse tout seul, que je vous livre ici.

la cathédrale de Reims sur Neeltje Jans (photo : Max Froumentin)

Ces cailloux sont l'œuvre de Marinus Boezem qui reproduit ici les plans de la cathédrale de Reims. Les plans de cathédrales gothiques ont un graphisme bien équilibré et je trouve que Reims est un bon choix. L'histoire ne dit pas si c'est ce qui a inspiré Marinus Boezem.

Sur le chemin au dessus de la cathédrale, trône le message :

Hier gaan over het tij
de maan, de wind en wij

Ce qui veut dire : « Ici, se tient au dessus de la marée, la lune, le vent et nous » Ce qui se rapporte aux travaux du plan delta bien plus que de la cathédrale de Reims. En effet, grâce au plan delta, les néerlandais peuvent se vanter d'être les seuls, après la lune et le vent à contrôler les flots.

Cette cathédrale est visible sur place mais on la voit mieux depuis le ciel.

jeudi, 15 mars 2012

Laser 3.14

Hier, c'était le jour de pi, j'imagine que cette date a été choisie pour son 3.14. Un nombre sur lequel les savants continuent de découvrir.

Hier c'était aussi le jour de 3.14 puisque j'ai croisé à nouveau des graffitis de Laser 3.14 un graffiti artiste qui sévit depuis plus de 10 ans dans la capitale hollandaise. Laser 3.14 orne les murs et les surfaces temporaires (palissades, planches, roulottes...) de phrases emblématiques en anglais, qu'il signe d'un tag facile à identifier. Quand je suis arrivé à Amsterdam Laser 3.14 était dans tous les quartiers sur toutes les palissades. Aujourd'hui, il est moins fréquent croiser sa prose, mais c'est ce qui m'est arrivé hier soir.

Laser 3.14

Lire la suite...

mardi, 18 novembre 2008

Une semaine française

Les propositions de sorties sont parfois trop nombreuses pour qui travaille dur à refaire son appartement (et bien oui, ça prend du temps). Mais les propositions de cette semaine sont quand même intéresantes pour un français à Amsterdam. Il se peut donc que j'aille y faire un tour. Voici donc ce qui me tente :

Lire la suite...

vendredi, 29 août 2008

Victory Boogie Woogie décortiqué

Je ne vous ai pas encore parlé de Piet Mondrian (Pieter Cornelis Mondriaan), le grand peintre Néerlandais du XXe siècle. Mais je vais aujourd'hui combler ce manque, rattrapé par l'actualité. Piet Mondrian est sans doute le peintre Néerlandais le plus connu du XXe siècle. Il s'est mis très tôt à l'art abstrait et, grand contributeur de la revue de stijl il fait connaître le mouvement cubiste avant de se forger un style propre, plus rigoureux, à base de lignes noires perpendiculaires et de couleurs primaires.

composition de Piet Mondrian

Piet Mondrian s'est installé à Paris en 1919, puis craignant la progression du nasisme, il déménage en 1938 à Londres puis à New York ou il meurt en 1944. Ses derniers tableaux abandonnent les lignes noires et adoptent des rectangles plus petits et plus colorés.

Broadway Boogie Woogie

Les noms de Broadway Boogie Woogie, Victory Boogie Woogie ou même New York City indique clairement la source d'inspiration musicale de ces toiles New-yorkaises. C'est sans doute sa dernière toile, Victory Boogie Woogie qui fait l'actualité aujourd'hui.

Lire la suite...

jeudi, 10 avril 2008

Les Nijntjes de Bruna

Il semblerait que les schtroumphs de Albert Hein soit une affaire rentable puisque le panier moyen a augmenté de 7,9% peadant l'opération. Ça a biensûr donné des idées à d'autres enseignes. Les librairies-papeteries Bruna ont décidé de fêter leurs 140 ans de la même manière. À partir de cette semaine, une figurine Nijntje est offerte pour tout achat au delà de 5 euros.

Lire la suite...

vendredi, 2 novembre 2007

Le design, c'est El HEMA

Je vous ai déjà parlé des magasins HEMA. Pratique, design et bon marché, les magasins HEMA sont les fournisseurs officiels de mes lampes à vélo. Tous les ans HEMA regroupe des designers pour un concours mais cette année, la marque a été doublée par un autre concours de design.

Lire la suite...

mardi, 20 mars 2007

Marie et Fabrice

Je vous ai déjà parlé de Marie Heinekenplein, la place tout près de chez moi où je passe régulièrement pour faire les cours. Je ne vous ai pas parlé de Fabrice, un artiste peintre du quartier qui, lui aussi, doit faire ses courses à la superette sur Marie Heinekenplein.

Cette place ronde est ceinturée par un unique immeuble récent et les enfants qui jouent sur la place poussent des cris qui montent aux fenêtres des habitants. Cette immeuble de copropriété est un immeuble récent dominé par une tour de plus de 10 étages (à Amsterdam, les maisons font généralement 4 étages maximum). Il est bien agencé des appartements modernes, des ascenceurs et des caves pour tous mais le local des poubelles est situé devant l'immeuble juste devant la place forme un obstacle disgracieux aux passants.

Pour que cette verrue architecturale prenne un peu plus de couleurs, les copropriétaires ont demandé à un peintre du quartier, Fabrice de la décorer. Fabrice s'en est chargé, il a pris plusieurs semaine au mois d'avril 2006 pour réaliser une grande mosaïque colorée. Le local est rond, tout comme la place ; sa fresque propose donc, un tour du monde avec des personages de tous les continents, un mafioso, un manchot, un tigre, un esquimeau...

Fabrice peignant sa fresque Fabrice devant sa mosaïque
agrandir

Fresque de fabrice La fresque de Fabrice
agrandir

Fabrice dessine toujours des personages de toutes les couleurs qui étirent leurs membres dans toutes les directions. Quand on le voit ?uvrer avec son manteau, on comprend très vite que c'est lui qui l'a peint. Il semble se fondre dans la fresque devant lui. Même s'il s'aggit ici d'une mosaïque, on reconnait son coup de pinceau...

vendredi, 16 mars 2007

Mauritz Cornelis Escher in het Paleis van Den Haag

Tout le monde (ou presque) connait MC Escher, ses compositions infinies et ses gravures d'improbables mouvements perpetuels. Maurits Cornelis Escher un artiste néerlandais mort l'année de ma naissance et dont les travaux ne peuvent pas être qualifié de telle ou telle école artistique. En fait, on compare plutôt ses travaux à celui de musiciens lorsque ses compositions répétitives resemblent à des canons, ou au travail de matématiciens avec ses dessins de fractales et ces jeux avec le plan et l'espace.

MC Escher ne se réclamait pas particulièrement de mathématiciens ou de musiciens, mais il savait parler et faire parler de son travail. Aujourd'hui, sa famille continue de gérer son œuvre et d'en tirer profit grâce à la M.C. Escher Foundation et la M.C. Escher Company B.V et moult produits dérivés à succès.

MC Escher in het paleis MC Escher est né en Frise[1], il a séjourné en Italie et en Suisse puis à Uccle en Belgique et enfin à Baan dans la province d'Utrecht[2]. C'est pourtant à La Haye qu'on peut le retrouver le mieux aujourd'hui. On peut d'abbord admirer sa plus grande œuvre à la poste principale de la ville. Metamorphosis III, toujours présente au bureau de poste de Kerkplein depuis 1968. Enfin c'est aussi à La Haye qu'un musée Escher (Escher in het paleis) ouvre ses portes au public en y montrant des gravures de l'artistes et des photos de ses lieux de vie. Le dernier étage propose aussi des activités en rapport avec les réalités improbables chères à l'artiste. C'est en allant là bas que J'ai pris en photo la sculpture ci-contre, inspirée de cette gravure

- page 1 de 2