mardi, 27 novembre 2018

Amsterdam in cijfers: 10 ans après

Il y a un peu mois de 10 ans, mon copain Laurent déménageait et, faisant le tri dans ses affaires me demande si ça m'intéresse un bouquin des statistiques d'Amsterdam d'il y a deux ans: Amsterdam in Cijfers 2007 . 2007 ? Je veux ! C'est (presque) l'année de mon arrivée à Amsterdam. J'ai donc reçu de sa part le livre des données statistiques d'Amsterdam en 2007. Édité par le Service d'études et de statistiques (Dienst Onderzoek en Statistiek) de la ville[1] il est distribué aux élus, journalistes… disponible en ligne et dans les services municipaux.

Le feuilletant 10 ans après je me suis demandé si les résultats de pollution de l'air, les statistiques de fréquentation des cinémas ou le salaire moyen avaient beaucoup évolué. Je me suis dit que ce serait bien d'avoir le bouquin Amsterdam in Cijfers 2017 juste à coté pour comparer. Laurent ne déménageant pas et n'étant plus élu de Oud Zuid, il me fallut trouver un autre fournisseur alors j'ai écrit au Dienst Onderzoek en Statistiek qui entre temps a été renommé en Onderzoek, Informatie en Statistiek. La vague opendata est passée par là et le service de recherche est devenu service d'information. Il continue d'agréger les données et de faire de la recherche et des statistiques.

Le livre de 2017 est disponible en ligne (ici) et il est toujours distribué aux élus en version papier mais pas aux gens qui envoient une demande par email… normalement. A réception de ma demande une gentille dame m'a répondu que ce n'était pas dans leurs habitudes de faire de tels envois mais elle m'a envoyé malgré tout le livre tant attendu. Me voilà heureux possesseur de 10 ans de statistiques sur la capitale néerlandaise.

moi-et-Amsterdam-incijfers.jpg

Quoi de neuf en 2017

Le livre est au même format mais il a gagné une couverture cartonnée et reliée qui donne encore plus envie de garder l'ouvrage en vue sur les rayonnages de sa bibliothèque. En 2007, la préface était signée de Job Cohen, le maire. En 2017, la préface est signée de Kajsa Ollongren, la maire par interim qui est aujourd'hui Vice-Première ministre des Pays-Bas. Le format est quasiment le même avec pratiquement les mêmes chapitres dans le même ordre, seul le chapitre santé (zorg) a rejoint celui du bien-être et des sports (Welzijn, zork en Sport).

À part les têtes de chapitres se sont enrichies de photos couleur, la maquette, n'a pas changé d'un pixel. Les tableaux sont présentés avec le même bleu pour souligner les titres et les colonnes de résultats.

C'est biensûr le contenu qui a bien évolué en 10 ans. Les kerncijfers (chiffres clés) nous indique une augmentation significative de la population passant de 743.104 habitants en 2007 à 844.952 habitants en 2017. La taille de la commune d'Amsterdam augmente beaucoup moins vite passant de 21939 hectares à 21949 ha, elle gagne tout de même 10 hectares suite à l'ouverture d'un bout d'île artificielle dans l'est. Dans les autres capitales européennes, nul doute que cette donnée ne change pas du tout.

Pour vous donner un exemple, j'ai regardé les pyramides des ages qui traduisent la distribution de ces 844.952 habitants en fonction de leur age. La forme en sapin est caractéristique des grandes villes qui n'offrent pas assez de logements capable d'accueillir beaucoup d'enfants. La base de la pyramide est donc tronquée de tous les enfants qui vivent dans les villes alentours ou plus loin dans une maison abordable.

Il y a maintenant une différence notable entre la pyramide de 2007 et celle de 2017. Ce n'est pas la barre des baby-boomers, elle est passée de 60 ans à 70 ans et c'était prévisible c'est plutôt le renflement des jeunes de 20 à 35 ans. en 2007, ce renflement était régulier et en aligné avec les générations suivantes mais en 2017 ce renflement montre un afflux de cette tranche d'age dans la population de la ville. Je ne sais pas qu'elle en est la cause ni si tous ces jeunes sont étudiants mais en proportion, cela montre qu'Amsterdam s'est rajeunie et c'est souvent bon signe pour une grande métropole. Peut-être avez-vous une idée plus précise de la cause de cette évolution, n'hésitez pas à le partager en commentaire.

Note

[1] C'est ce même service qui met quelques données amusantes sur le site Opendata de la ville.

lundi, 21 mai 2018

Haro sur le 30% ruling

Une question revient régulièrement dans les conversations entre expatriés à Amsterdam, c'est « Est ce que tu bénéficies du 30% ruling ? ». Ce 30% ruling (30%-regeling) est une disposition fiscale qui accorde un abattement de 30% sur le salaire brut imposable de tout salarié qui est venu de l'étranger pour occuper un poste qui ne pouvait pas être pourvu avec la main d'œuvre locale. Cette disposition vise à aider les personnes très qualifiées à venir aux Pays bas, malgré le taux d’imposition plutôt élevé du pays et ainsi aider les entreprises néerlandaises qui veulent se doter de compétences rares.

Les conditions pour obtenir cet avantage fiscal, telles que listées sur le site du service des impôts (Bellastingdienst) sont simples: - avoir un travail aux Pays bas - avoir des compétences difficilement trouvables aux Pays bas - avoir vécu à 150 kilomètres hors des frontières du pays pendant au moins 16 mois au cours des deux dernières années.

Les demandes sont généralement faites par l'entreprise qui emploie l'expatrié et elles sont examinées au cas par cas. La sélection semble drastique mais dans les faits, tout expatrié venant avec un diplôme supérieur peut prétendre à cet avantage. Si je n'en ai pas encore parlé c'est que je n'ai pas fait partie de cette catégorie.

10 ans, 8 ans, 5 ans…

Depuis des années cet avantage est accordé pour une période de 10 ans. Seulement le gouvernement des Pays bas comme ailleurs cherche à gratter quelques thunes sur le budget et depuis 2012, les personnes qui font la demande de cet avantage ne peuvent plus le recevoir que pour une période de 8 ans. Aujourd'hui le gouvernement veut encore revoir à la baisse la durée des bénéfice du 30% ruling en le réduisant à 5 ans. C'est la 132ème disposition de l'accord de coalition (Regeerakkoord 2017 2021 VVD, CDA, D66 en ChristenUnie) signé en 2017 par les partis au gouvernement. La règle devrait s'appliquer en 2019. Il est donc temps de travailler sur le texte qui sera présenter le jour de la note des millions.

De looptijd van de 30% regeling wordt verkort van acht naar vijf jaar.

5 ans pour tous dès 2019 ?

Dans les premières évaluations du projet le gouvernement semble entendre que la réduction de la durée de cet abattement de 30% s'étendra à l'ensemble des expatriés qui en bénéficient et non plus comme ce fut le cas en 2012 aux seuls nouveaux bénéficiaires. C'est un coup dur pour les actuels bénéficiaires, cela signifie une baisse de 12 à 16% de leurs revenus. Alors évidement, ils ne sont pas d'accord.

Une pétition tourne pour appeler le gouvernement, non pas à changer son projet mais uniquement à ne pas le rendre rétroactif. Elle est issue d'un collectif qui se nomme United expats of the Netherlands. Leur slogan et leur logique est simple: donner c'est donner…[1]. Ils arguent que cela ne rapportera pas beaucoup au budget de l'État mais risque d'avoir des conséquences négatives sur l'économie du pays.

Pour en savoir plus, visitez le site qui reprend leur slogan : A deal is a deal.

Note

[1] Le slogan est en anglais et en néerlandais et sonne beaucoup mieux: A deal is a deal soit afspraak is afspraak comme le disent les autochtones.

mardi, 2 janvier 2018

Agrandissement des Pays bas sans recours aux polders

Les billets de début d'année sont souvent l'occasion d'annoncer des réductions comme la réduction de libertés ou du nombre de communes. Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'augmentation. Les Pays bas ont grandit de 10 ha en ce 1er janvier et ce n'est pas en gagnant des m² sur la mer… En fait les nouveaux territoires néerlandais ont été gagnés sur la Belgique, sans tambours ni trompettes.

Lire la suite...

vendredi, 24 octobre 2014

On revient sur la dispense d'interdiction de fumer

En 2008, j'annonçais que le France tout comme les Pays-Bas allaient interdire de fumer dans tous les lieux publics sans exception. Un des points communs dans les deux pays, les plaçant de fait dans le club des pays les plus stricts envers le tabac comme le montre cette carte d'Europe :

Carte de l'interdiction de fumer dans les lieux publics en Europe

On pourrait penser que la loi aurait du mal à s'imposer en France, pays latin et frondeur tandis qu'elle passerait mieux aux Pays-Bas, pays nordique et consensuel où l'industrie ne dispose plus d'un champion national proche des milieux politiques. C'est pourtant le contraire qui s'est produit. Les Pays-Bas viennent seulement d’entériner l'interdiction complète en ce 22 octobre 2014. Il aura fallut 6 ans ! Retour sur cette bataille de la fumée :

Lire la suite...

mercredi, 25 juin 2014

Les fusions de communes se poursuivent

En 2010 (Regroupement de communes) et en 2011 (Les Pays-Bas perdent 3% de leurs communes), je vous ai parlé des regroupements de communes néerlandaises avec cet objectif de ne pas avoir de communes de moins de 25.000 habitants. Je vous en est parlé en janvier quand les communes fusionnent officiellement mais ce que je n'ai pas dit c'est que cela ne se décide pas du jour au lendemain et que chaque fusion fait l'objet d'un projet de loi qui sont discutées à plusieurs niveaux et généralement votés dans les mois d'été.

Prenons par exemple le projet de loi qui institue la fusion de Bergambacht, Nederlek, Ouderkerk, Schoonhoven et Vlist en Hollande Méridionale. Le procésus a commencé avec un message du roi en octobre 2013. à partir de cette date, l'ensemble des procédures pour l'établissement d'une loi a lieu. Exposé des motifs, rapport préliminaire, études en commission, mémoires, études d'impact, discussions à la deuxième chambre, puis à la première chambre et enfin validation de la loi à la première chambre le 17 juin 2014. Le 1er jamvier prochain, les communes de Bergambacht, Nederlek, Ouderkerk, Schoonhoven et Vlist vont fusionner. Le nom de la nouvelle commune sera Krimpenerwaard. Hop, quatre communes de moins. Le résumé des documents et débats est disponible sur le site de la première chambre.


Fusion des communes néerlandaises en 2015

La nouvelle commune est donc en orange sur la carte ci-dessus et fait partie des 5 regroupements de communes qui ont été décidés pour janvier 2015. Une fusion est à noter sur cette carte, celle de Maasdonk en Brabant Septentrional. Cette commune sera scindée en deux avant que chaque nouveau morceau soit intégré aux communes de s'Hertogenbosch (Bois le Duc) au sud et Oss au nord.

Implication locale

Ce qui est important dans ce processus c'est qu'il se conclu à la première chambre. La chambre haute est élue, par les représentant des états généraux provinciaux. Les sénateurs sont donc, comme en France, élus au scrutin indirect par des représentants locaux ; ils sont donc les élus des territoires. À ce titre, il fant attention à consulter les élus locaux. Les états généraux de la province concernée doit emmêtre un avis et les élus locaux sont consultés. Il y a évidemment des résistances parce que certains perdent une parcelle de pouvoir mais dans l'ensemble, comme ce procesus est en place depuis des années, la fusion ne peut être remise en cause que quand il y a un réel problème relevé par les élus ou les habitants.

Dans le cas de Bergambacht, Nederlek, Ouderkerk, Schoonhoven et de Vlist, ce sont les autorités locales qui ont demandé le regroupement dans le cadre de la modernisation de l'administration locale et d'une meilleur efficacité des services communaux. Cette demande a été adressée en 2010 ce qui montre que ces regroupement ne sont pas pris à la légère et que le pouvoir se donne le temps pour les réaliser.

Les dernières fusions

Depuis mon dernier article sur les fusions de communes en 2011, je vous ai laissé avec un pays qui comptait 421 communes mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. Voici donc, en guise de rattrapage, la liste des regroupement de communes opérés depuis 2011 :

Lire la suite...

mercredi, 28 mai 2014

Les nouveaux conseillers consulaires

Depuis mon premier billet sur l'Assemblée des français de l'étranger, annonçant le résultat des élections de 2006 il y a eu de nombreuses évolutions. En 2006 Tanguy le Breton était élu délégué AFE pour un mandat de 6 ans qui s'est prolongé jusqu'à aujourd'hui.

Depuis 2006, nous avons assisté à de nombreux changements dans la représentation des français de l'étranger. Nous avons d'abord eu un Secrétaire d'État puis un Ministre délégué. Nous avons ensuite eu de nouveaux députés élus en 2012 (lors d'un scrutin auquel je participais). Enfin en 2013, la réforme de la représentation des Français établis hors de France créait les conseillers consulaires, plus nombreux et plus proches de la population, ils n'en sont pas moins sans pouvoir réel comme je le regrettais dans un article au cours des débats.

Les listes en lice

Lire la suite...

jeudi, 24 avril 2014

La Société Française de Bienfaisance a 130 ans

Avec les élections des conseillers consulaires qui ont lieu cette année, de nombreux français découvrent l'action des pouvoirs publics français à l'attention des compatriotes en difficulté. En effet, les consulats français dans le monde ont une cellule d'aide aux français en difficulté. Il n'y a pas toujours d'assistante sociale en poste mais une aide est apportée à ceux qui en ont le plus besoin.

Aux Pays-Bas, c'est particulier puisque depuis le 18 mai 1883[1], une association[2] vient en aide des français les plus démunis vivants aux Pays-Bas. Le consulat de France à Amsterdam reçoit les demandes d'aide sociale comme partout ailleurs dans le monde mais il s'appuie sur cette association pour assurer son action.

Société Français de Bienfaisance aux Pays-Bas

Les liens entre les institutions françaises et l'association sont ténues puisque l'Ambassadeur de France à la Haye et le Consul Général de France à Amsterdam sont membres statutaires du comité d'honneur de l'association. Il n'en reste pas moins que ce sont sont les bénévoles de l'association qui mènent ces actions sociales et que cette dernière est réalisée grâce à la cotisation des membres et à des dons privés.

Un anniversaire

Voilà 130 ans que la Société Française de Bienfaisance aux Pays-Bas (SFB Pays-Bas) exerce son activité. et cela valait bien une fête d'anniversaire. Comme il n'est pas bien vu pour une société de bienfaisance de claquer du fric, l'anniversaire a pris la forme d'une exposition Les sentiers de l'art 2013 avec la présence de deux mosaïques réalisées par Françoise Millo membres de l'association et le sculpteur Jean-Luc E. MARCILLAUD qui a mis en vente deux sculptures au profit de la SFB Pays-Bas.

Une année difficile

Cette année des 130 ans n'a pas été de tout repos pour l'association. Sa présidente, Mme Chantal Ostwinkel-Krasnapolsky l'a expliqué lors d'une interview. 2013 a vu doubler le nombre de demande d'aides. L'association a du faire face à un nombre croissant de demandes, montrant que la crise touche encore les Pays-Bas. Les ressortissants français établis dans un autre pays de l'Union Européenne ont normalement accès à l'aide sociale locale mais l’administration locale se montre de moins en moins à l'écoute des problèmes sociaux des étrangers. La SFB essaye donc d'aider à finaliser des dossiers ou vient en aide directement selon les cas.

Un nouveau statut

En reconnaissance des actions menées depuis plus d'un siècle par la SFB Pays-Bas, l'association a été reconnu d'utilité publique en novembre 2013. Cela lui donnera encore plus de crédit auprès des autorités locales comme auprès des donateurs. On ne peut pas réellement leur souhaiter de nombreux nouveaux dossier mais juste bon courage dans leurs actions de 2014 et au delà.

Notes

[1] Selon les status

[2] Les associations françaises aux Pays-Bas sont souvent appelées fondations parce que la structure utilisée est souvent celle d'une stichting qui signifie fondation en néerlandais. C'est un faux ami, en français, une fondation est crée sur la base d'un leg ou d'une donation. S'il s’agit d'un groupement de personnes autour d'un même but, on doit dire association.

mercredi, 24 avril 2013

Rencontre autour du vote électronique

Certains des Français à l'étranger vont à nouveau devoir voter et ils vont à nouveau pouvoir le faire via Internet. Je recycle ici un article que j'ai écrit pour le candidat pirate il y a un an, au cours de la campagne des législatives. À l'époque je commençais juste à me rendre compte qu'il y avait un truc qui clochait dans le vote par Internet. J'ai voulut en savoir plus en découvrant l'expérience des Pays-Bas, lisez plutôt :

Lire la suite...

mardi, 9 avril 2013

Quelle est la taille de la communauté française aux Pays-Bas ?

C'est une question que l'on m'a souvent posée et les réponses que j'ai pu lire ça et là ne se basaient pas sur des études précises. Jusqu'au jour où notre consul général nous a envoyé un petit encadré pour remplir sa lettre d'informations consulaires. La réponse est étayée :

Les Français installés aux Pays-Bas semblent souvent ignorer la taille de la communauté française aux Pays-Bas. Quelques chiffres sont utiles pour apprécier cette taille :

Le nombre de Français (binationaux inclus) inscrits au Registre des Français résidant hors de France tenu par ce Consulat (ceux qu'on appelait autrefois les immatriculés) sont actuellement au nombre de 23.743. Il faut toutefois garder à l'esprit que cette inscription est facultative et que de manière traditionnelle, de nombreux Français ne sont pas inscrits. Les statistiques néerlandaises, elles, faisaient état fin 2010 de 17.184 Français et de 17.601 Franco-néerlandais soit un total de 34.785 personnes ayant la nationalité française. Mais ce chiffre est forcément inférieur à la réalité :

1) ces statistiques sont basées sur les inscriptions dans les communes dont un certain nombre de Français sont exemptés (diplomates, fonctionnaires internationaux...). Par ailleurs de nombreux Français - probablement surtout à Amsterdam - ne satisfont pas à l'obligation d'inscription parce qu'ils sont dans une situation précaire ou à la limite de la légalité (hébergement ou sous-location qui est interdite aux Pays-Bas...).

2) les binationaux non néerlandais (nationalité française + nationalité tierce) ne sont comptabilisés que sous une seule nationalité : la nationalité belge ou luxembourgeoise prime dans tous les cas et, pour les autres pays européens, la nationalité retenue est celle qui arrive en premier dans l'ordre alphabétique. Un nombre (difficile à évaluer) de binationaux ne sont donc pas comptabilisés comme Français dans les statistiques néerlandaises. Compte tenu de ces éléments, on peut donc raisonnablement estimer la taille de la population française aux Pays-Bas (binationaux compris) à un chiffre se situant entre 36.000 et 40.000 personnes.

Je pense que depuis mars 2011, les informations ont peu évoluées et on peut penser qu'en 2013, le nmbre de français aux Pays-Bas se situent dans la même fourchette. Quand à connaitre la socioloie de ces français des Pays-Bas, il s'aggit d'une affaire encore plus difficile que de les cmoptabiliser. Le consulat qui voit passer les dossiers de bourses scolaires ou les demandes d'aide sociale peut en avoir une petite idée mais bien incomplète. La Maison des français de l'étranger qui réalise réguilièrement un sondage devrait un savoir un peu plus. Encore faudrait-elle qu'elle partage les données récoltées.

lundi, 11 mars 2013

La neutralité d'Internet à la sauce hollandaise

Ça fait des années qu'on parle de neutralité du net, en France, le sujet a été remis sur le tapis quand un fournisseur d'accès qui n'a de gratuit que le nom s'est mis à filtrer la pub. La Ministre, Fleur Pellerin, a aussitôt reunit les acteurs du net pour ne pas les écouter et leur dire que le Conseil National du Numérique se chargera de la question.

Avant que le conseil ne rende sa copie, on peut leur rappeller de depuis le printemps 2011, les Pays-Bas ont inscrit la neutralité du net dans la loi sans que ça ne gène personne. Un exemple qu'on pourrait regarder de plus près.

Lire la suite...

- page 1 de 4