nederlandjes

Nul par ailleurs que chez les dutch

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 7 avril 2016

Reférendum: Les Pays bas sont encore contre

Etes-vous pour ou contre la ratification de l'accord d'association entre l'Union européenne et l'Ukraine ? C'est la question qui était posé hier à l'ensemble des néerlandais par voie référendaire. (Bent u voor of tegen de wet tot goedkeuring van de Associatieovereenkomst tussen de Europese Unie en Oekraïne?).

Ça peut parraitre assez futile comme question, pas de grand choix de société ou constitutionnel mais c'est tout ce que les partis anti-européens ont trouvés pour gripper la mecanique européenne des Pays bas. Et ça marche. Le quorum de plus de 30% a été atteind et le contre (Tegen) est sorti majoritaire de manière écrasante.

Lire la suite...

mercredi, 6 janvier 2016

Le gouvernement dit non aux portes dérobées

Depuis l'année dernière et les attentats de Charlie, le gouvernement de la France a réagit fortement, à la hauteur de l’émotion suscitée. Hélas, la réaction n'a pas été d'exiger des services de police et de renseignement une organisation plus efficace mais plutôt renforcer leur pouvoir au détriment des libertés publiques. Il est vraisemblablement plus facile de faire des lois que de veiller à ce qu'elles soient bien utilisées[1].

Le gouvernement a ainsi fait voter la fameuse loi sur le renseignement qui a été pourtant décriée de toutes part, alors que plusieurs lois sécuritaires avait été mise en place les années précédentes. Depuis les attaques du 13 novembre dernier, de nombreuses mesures d'urgence ont été prises et déjà le ministre de l'intérieur pense à nouveau à légiférer pour supprimer encore des libertés sans vraiment savoir si ces mesures sont efficaces[2]. Ainsi dernièrement, il est question de supprimer les accès publics au Wifi, bloquer l'utilisation de Tor[3] ou bien forcer les éditeurs de logiciels de messageries et de téléphone chiffrés, à donner aux agents du gouvernement les moyens de déchiffrer ces communications.

Sur ce dernier point, le gouvernement de la France n'est pas le seul, au Royaume Uni et aux Etats-Unis aussi, il est fait pression sur les éditeurs de logiciel pour qu'ils livrent un moyen de lire les communications chiffrées. Les éditeurs résistent tant que la loi ne les y oblige pas, ils savent que la divulgation de leurs clefs de déchiffrement ou l'installation de portes dérobées (un accès secret au logiciel réservé aux services de renseignements) rendra leur logiciel plus vulnérable et que les clients risquent de se tourner vers d'autres solutions.

Le risque que ces clefs de déchiffrement se retrouvent en de mauvaises main est pris au sérieux, à l'image des clefs «TSA»[4] des bagages, facilitant le travail de la police des frontières américaine et dont les passes sont facile à acquérir par qui veut voler des passagers. Mais les éditeurs ont beau expliquer au gouvernement que cette mesure sera inefficace parce que d'autre logiciels de communication chiffrée passeront sous le radar et que de toutes façons les tueurs du 13 novembre ont envoyé des simples sms sans être détectés, il font face à la même insistance. Le gouvernement ne cherche pas forcément des mesures efficaces mais des mesures marquantes qui montrent qu'ils s'occupent du problème et qui rassurent.

Aux Pays Bas

Qu'en est-il dans le petit royaume batave du nord ? Bien qu'affectés par le les événements en France (l'épisode du Thalys d'Amsterdam leur a montré la proximité du danger), le gouvernement ne semble pas compter sur une modification des lois pour renforcer le sentiment de sécurité. Il se préoccupe néanmoins de l'efficacité de sa police et a présenté à l'automne un projet de loi pour aider les services à lutter contre la criminalité en ligne (computercriminaliteit ou cybercrime). Cette loi devrait donner aux policiers des moyens de hackbevoegdheid, c'est à dire le droit d'utiliser le hacking pour pénétrer les systèmes informatiques tiers sans autorisation préalable. Actuellement cette action est illégale pour quiconque, même pour la police.

Chargé d'examiner ce projet de loi, le parlement se pose la question de l'accès à l'information par des portes dérobées délivrées par les éditeurs de logiciels. La réponse vient être donné hier dans un rapport du ministre de la justice Ard Van der Steur dans une réponse détaillée publiée sur le site de la chambre basse en réponse à une question au gouvernement.

Sa réponse est claire : pas d'accès par portes dérobées aux Pays bas. même si cela ralentit parfois le travail de la police, le risque de fragiliser des logiciels utilisés par de nombreux acteurs économiques dans le pays est un risque trop grand. Le secret des affaires, la vie privée et la sécurité des sites bancaires (par exemple) doivent pouvoir être chiffrés (encryptie) de manière sûre. Ce sont des choses trop importantes pour risquer des les compromettre pour faciliter le travail de la police, alors que celle-ci dispose de suffisamment d'autres moyens. Voilà en substance ce qu'explique le ministre Van der Steur dans son PDF de 5 pages.

Il rappelle que la cryptographie est un élément essentiel aux échanges économiques du pays et que le gouvernement veut s'assurer que cette dernière est développée de manière sérieuse.

On se souvient de l'affaire diginotar où le gouvernement a été victime d'un mauvais acteur de l'industrie de cryptographie et tient à s'assurer que la chaine de la sécurité est la plus solide possible pour assurer un socle sécurisant pour l'économie qui se fait le plus en ligne. Donc non, pas de porte dérobée pour la police ni pour personne.

Notes

[1] Alors que c'est pourtant le rôle de l'exécutif non ?

[2] Il semblerait que les mesures précédentes n'ait servi à rien et que les attentats de janvier ont été facilité par une désorganisation des services de renseignements français.

[3] Un dispositif permettant d'utiliser le web de manière anonyme. Voir Tor sur wikipedia.

[4] pour Transportation Security Administration

vendredi, 1 janvier 2016

Le journal d'Anne Frank entre dans le domaine public

Il ne se passe pas une semaine sans que la folie des ayant trop de droits ne fasse l'actualité avec des décisions agressives ou des raisonnements alambiqués pour expliquer leur cupidité. C'est au tour d'Anne Frank, une enfant d'Amsterdam, d'en être la victime.

Lire la suite...

jeudi, 17 décembre 2015

Fairphone, le téléphone éthique

Beaucoup d'entre vous connaissent déjà le fairphone et j'en connais qui l'utilisent mais pour les autres, je pense que ce billet est bienvenu pour découvrir un téléphone qui se veut éthique au moment ou sa version 2 va bientôt se retrouver dans les poches des happy few qui font de la planète un critère d'achat (Non ce n'est pas encore un article à propos de la COP21).

fairphone-2.jpg

Lire la suite...

mardi, 15 septembre 2015

La note des millions et sa valise

Le troisième mardi de septembre et le jour de la présentation du budget et de la politique générale du gouvernement lue à la presse et aux députés par le ministre des finances et roi. Ce jour, appellé Prinsjesdag a déjà été décrit sur ce blog.

Troisième mardi de septembre

En présentant ce jour en 2007, j'expliquait que le ministre des finances se balladait dans les rues en portant une valise estampillée Derde Dinsdag in September qui signifie Troisième mardi de septembre. La photo de cette valise illustrait cet article.

Nouveau mot : Miljoenennota

Nota c'est la note et Miljoen c'est million. Quand il y en a plusieurs, les nérlandais disent Miljoenen. Logiquement Miljoenennota, c'est la note des millions, le budget de l'année à venir, élaboré par le ministère des finances et présenté au Prinsjesdag, juste après le discours du trône prononcé par le roi. Cette note des millions est enfermée dans une valise avec le budget de l'état (Rijksbegroting). Le ministre des finances le porte donc son budget dans cette valise jusque la salle des chevaliers où il est présenté. La note des millions est une sorte de présentation de ce budget qui est lu lors de la présentation.

Nouveau mot : Koffertje

Witteveen__H.J._-_SFA003000443.jpg Koffer signifie valise. c'est donc une valisette (Koffertje) que transporte le ministre des finances en ce jour protocolaire. Et comme le protocole est important, cette valise a même sa place sur le site de la deuxième chambre où il est expliqué ce qu'elle contient. Le site ne s'attarde pas sur le maroquin beige et le grainage de la valisette, juste une photo rappelle à quoi elle ressemble.

Cette valise a été offerte en 1964 à Johan Witteveen (photo ci-contre), ministre des finances de l'époque, par l'imprimerie d'État à l'occasion des 150 de l'établissement. Cette valise a été transporté par tous les ministres des finances depuis lors comme le montre cette galerie de photos sur Wikimedia commons La dernière photo de Jeroen Dijsselbloem, actuel ministre des finances:

 Jeroen Dijsselbloem et sa valisette à la deuxième chambre

Het koffertje van Lieftinck

Avant 1964, les ministre des finances portaient une autre valisette qui renfermait, elle aussi la note des millions. Elle était de facture plus classique, en cuir acajou et avec les coins renforcés. Les armes royales n'y figuraient pas mais le Derde Dinsdag in September y était imprimé en lettres dorées. Ce modèle est connu comme la valisette de Lieftinck (Het koffertje van Lieftinck). Pieter Lieftinck était le ministre des finances de l'après guerre. C'est lui qui a lancé la tradition de la note des millions en 1947, année du premier budget d'après élaboré par le gouvernement néerlandais. Le ministre a donc dépensé quelques florins pour acheter cette valise chez le maroquinier Van de Broek à la Haye. Les lettres de Derde Dinsdag in September y ont simplement été collées.

Het koffertje van Lieftinck

C'est une sorte de surprise que de voir cette ancienne valisette accompagant à nouveau le ministre des finances.

lundi, 10 août 2015

Le nouveau Rabo Scanner

J'ai évoqué les systèmes de connexion sécurisée des sites de banque par Internet aux Pays bas Malgré que ce système soit bien meilleur que ce que j'ai pût voir chez les banques françaises, ma banque a jugé qu'il présentait encore des vulnérabilités. Alors elle propose un nouveau moyen (ce sera bientôt le seul moyen pour faire de l'Internet banking) avec une nouvelle machinette: le Rabo Scanner.

Rabo-Scanner.JPG

Lire la suite...

jeudi, 23 juillet 2015

Citroën : La marque française la plus néerlandaise

Tout le monde connait la marque de voiture Citroën, créatrice de plusieurs légendes de l'automobile comme la deuche ou la traction avant.

citroen_logo.png

Cette marque, fleuron de l'industrie automobile française est aussi une marque aux accents néerlandais. Ceci pour plusieurs raisons :

Lire la suite...

mardi, 17 mars 2015

Une curieuse combinaison de circonstances

Un conte d'Amsterdam

Il était une fois et puis une autre fois quelques années plus tôt et puis encore une autre fois il y plus longtemps encore, des petits employés bien fatigués... Voilà comment pourrait se résumer cette petite histoire réalisée par Joost Reijmers il y a bientôt 3 ans.

Trois personnes anonymes dont le le rôle est lié à l'histoire des Pays-Bas et d'Amsterdam en particulier, comme ce conducteur de tunnelier de la Noord-Zuidlijn. Leurs conditions de travail ne leur permettent pas d'avoir le repos nécessaire pour remplir correctement leur mission. Des petites erreurs sans grande concéquences mais qui vont entrer en colision... Et là, c'est le drame™... La suite de ce conte Een Bizarre Samenloop van Omstandigheden se passe de traduction, je vous laisse regarder le film sans besoin d'en ajouter.

mardi, 17 février 2015

La première route solaire du monde

La première voie solaire du monde sera néerlandaise et il s'agit évidement d'une piste cyclable[1]. Elle a été mise en service le 12 novembre 2014 dans la bourgade de Kommenie[2] au nord d'Amsterdam (voir carte).

La compagnie néerlandaise SolaRoad a vu le jour dans les bureaux de TNO (Nederlandse Organisatie voor Toegepast Natuurwetenschappelijk Onderzoek) L'association de recherche qui équivaut au CNRS français. Elle a eu le soutien de la province de Hollande septentrionale et des sociétés Imtech et Ooms Civiel.

Loin du patakès médiatique américain de SolarRoadways, capable de lever plus de 2.000.000 dollars sur Indiegogo en montrant des dalles qui clignotent dans tous les sens mais sans avoir encore tracé de voie d'usage public, SolaRoad fait son petit bonhomme de chemin aussi discrètement que concrètement. On ne sais pas encore si cette solution sera viable mais on se lance dans un test grandeur nature, sur un petit tronçon. Les travaux ont commencé en octobre.

La construction se fait par panneaux préfabriqués sur un support de sable compacté, denrée courante aux Pays-Bas. Les éléments sont imbriqués avec des ergots de manière à ce qu'aucune différence de hauteur n'apparaisse avec le temps. La surface est composé de verre sécurité avec un revêtement granuleux pour garantir l'accroche des pneus de bicyclettes. La conception du revêtement a aussi pris en compte l'utilisation normale de la piste cyclable. Des choses comme le passage de véhicules de services, plus lourds, ou la chute d'objets ont été pris en compte.

Seul un coté de la piste cyclable sera équipé de cellules photoélectriques. L'autre coté sera nu mais avec le même revêtement. Cela permet de réaliser les tests comparatifs à moindre coût. Tous les systèmes de sécurité et de maintenance de ce revêtement ont été testés en amont de la réalisation de cette piste mais il reste encore des tests à effectuer en réel, in situ. C'est le but de cette première route solaire.

Donc pendant 3 ans, les usagers à vélo de Kommenie vont utiliser cette piste cyclable témoin. Pendant ces 3 ans, la société SolaRoad va effectuer toutes sortes de mesures sur la piste et dans les installation autour afin de parfaire leur solution de routes solaires. Dans trois ans donc, on saura si il y aura d'autres pistes cyclables, des parkings ou des autoroutes capables de générer de l'énergie.

Voir aussi

Les routes du futur
Un polder en forme de tulipe

Notes

[1] Vous ai-je dit que les pays-Bas étaient le pays du vélo ?

[2] J'ai déjà fait du vélo à Kommenie mais jamais je n'aurais pensé pouvoir parler de cette localité dans ce blog...

mardi, 20 janvier 2015

Elsevier et les universités

Le torchon brûle entre Elsevier et les universités. Il faut dire que ces dernières doivent se serrer la ceinture alors que la première réclame de plus en plus pour l'utilisation de ses revues scientifiques.

Lire la suite...

- page 2 de 24 -