nederlandjes

Nul par ailleurs que chez les dutch

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, 14 août 2018

Le vélo autonome de Google

Depuis peu j'ai vu réapparaître un vieux film présentant le nouveau vélo autonome créé par Google. Les commentaires sont souvent très optimistes et les débats font rage sur la possibilité d'envoyer ses enfants à l'école sur une bicyclette qui avance toute seule, ou pas… Bon, la nouvelle n'est pas nouvelle, c'est une vidéo réalisée aux Pays bas en 2016.

self-driving-bike.png

Lire la suite...

vendredi, 29 juin 2018

Une mère devient bourgmestre

Femke Halsema wordt nieuwe burgemeester van Amsterdam. Femke Halsema sera la nouvelle maire d'Amsterdam titre NOS alors je ne peut pas m’empêcher de commenter la nouvelle avec un titre jouant sur les mots de maire et de bourgmestre (ne cherchez-pas c'est la même chose). Femke Halsema est mère de jumeaux et va devenir maire d'une capitale européenne.

Femke Halsema en 2010
Femke Halsema en 2010 par Jos van Zetten « La politique, c'est fini, j'en ai marre ».

C'est un peu sa qualité de femme qui a fait connaître la bourgmestre au monde entier. Alors que les Pays-Bas sont plutôt connus pour pratiquer l'égalité des sexes en politique avec une presque parité à la chambre basse et au gouvernement sans loi pour les y forcer, avec de nombreuses grandes villes comme Rotterdam ayant déjà eu des mairesses, la capitale du pays n'a jamais eu de bourgmestre femme depuis que Godevaert Wormbouts a inauguré la fonction en 1343 !

Une vrai nouveauté

Une femme…

Les quelques 1500 bourgmestres d'Amsterdam avant elle étaient tous des hommes et cela brise enfin de manière symbolique cette très longue habitude d'avoir un maire un masculin. En fait l’opportunité d'avoir une femme à ce poste n'est pas si ancienne au Pays-Bas. Les premières élues femmes au conseil municipal ont été élues en 1919, année où les femmes pouvaient être candidates mais pas encore voter. L'une des cinq femmes élues à Amsterdam, Carrie Pothuis-Smit devint plus tard la première sénatrice du pays.

Il faut quand même attendre 1978 pour qu'Amsterdam voit une première femme au collège des échevins (college van burgemeester en wethouders), le bureau exécutif de la ville. Irene Vorrink avait auparavant été la ministre de la santé à l'origine de la dépénalisation des drogues.

En 2010, le VVP (conservateur) avait présenté une candidate Annemarie Jorritsma mais c'est le travailliste Eberhard van der Laan qui l'a emporté.

Pas une travailliste

L'autre grande nouveauté c'est que le plus haut poste de la ville n'est plus occupé par un membre du PvdA. Depuis l'après guerre, les travaillistes tiennent la ville et c'est le candidat du PvdA qui est à chaque fois nommé par le commissaire du roi. Seulement depuis plusieurs années les travaillistes s'occupent plus du PIB que des travailleurs et leurs résultats à Amsterdam aussi ont commencé à se comprimer. Aux élections municipales de 2014 c'est le parti social-libéral D66 qui est arrivé en tête à Amsterdam et dans d'autres grandes villes. Cette année c'est Groenlinks, les verts de gauche qui sont arrivés en tête avec 10 sièges sur 45. Mais arriver en tête ne suffit pas à placer son bourgmestre. Si D66 a remporté 14 sièges en 2014, Eberhard van der Laan, membre du PvdA a conservé son fauteuil de maire en 2016 lorsque ce dernier devait être renouvelé.

Le populaire Eberhard van der Laan est hélas mort l'année suivante en cours de mandat et ceux qui ont occupé son fauteuil jusqu'à aujourd'hui ne l'ont fait qu'ad interim. Les candidatures pour le poste vacant ont été ouvertes en mai et même rouvertes le 4 juin pour ne rater personne. Au sein de la coalition majoritaire, regroupant les Groenlinks et le PvdA le choix est difficile entre la verte retirée de la vie politique Femke Halsema et Carolien Gehrels l'ancienne échevin travailliste au profil plus lise. C'est même cette dernière qui arrive en tête des recommandation du commité de confiance (vertrouwenscommissie), un comité de 12 élus qui font passer les entretiens d'embauche.

Chacune des deux candidates aurait pu devenir la première femme maire d'Amsterdam mais une seule pouvait prétendre être la première maire non travailliste de la ville depuis la dernière guerre. C'est finalement Femke Halsema qui l'a emporté aux voix parce que deux nouveautés c'est mieux qu'une.

Pas une ancienne ministre

Troisième nouveauté un peu anecdotique, c'est aussi la première personne depuis 2001 qui occupe le poste de bourgmestre sans avoir été ministre ou secrétaire d'état par le passé. Cette nouveauté n'est d'ailleurs pas si anecdotique puisque les mauvaises langues arguent le manque de compétence de la nouvelle venue qui a quitté la politique en 2010. Il faut quand même rappeler qu'elle a quitté la politique après 8 ans à la chambre basse comme chèfe de son groupe parlementaire et était à la tête de son parti depuis 2003. Parti qui n'a jamais été que dans l'opposition ce rend difficile l'accès à un marocain de ministre…

Ce qui ne change pas

Il semble qu'il y ait une tradition à Amsterdam qui veuille que le maire soit juif. Pour mettre toutes les chances de leur coté, chaque parti présente une candidat juif pour le plus haut poste de cette bonne vielle ville de Mokum. Avec l'arrivée de Femke Halsema, cette tradition perdure.

lundi, 4 juin 2018

Doei, douille

C'est toujours surprenant pour les primo-arrivants de voir comment les locaux se saluent. Pour se dire en revoir, ils essaye de ce remémorer l'histoire du fou qui change une ampoule. Et ils se crient, parfois de l'autre bout de la rue (à vélo) « douille ! douille ! ».

Nouveau mot: Doie

Bon en fait c'est l'impression que ça donne mais c'est un peu différent… En fait ils se saluent pour se dire au revoir (et parfois à vélo) en disant "doei! doei!" parfois "doe-doei" ou bien "doe — oei" qui peuvent s'entendre respectivement «douille douille», «dou-douille» ou «dou-ouille».

Doei ça vient?

En fait cette salutation vient de Dag! qui est une version courte de "Goede dag" ou "Goeje dag" qui se traduit littéralement bon jour. Rien de plus normal que de se souhaiter une bonne journée au moment de se quitter. Rien de surprenant que cette salutation récurrente trouve des diminutifs familiers façon 'lut, bail, tchô… Ici le Dag est devenu doei et très vite tout le monde l'adopte, même les allochtones, même ceux qui ne parlent pas vraiment la langue.

Bon allez, doei à la prochaine…

lundi, 21 mai 2018

Haro sur le 30% ruling

Une question revient régulièrement dans les conversations entre expatriés à Amsterdam, c'est « Est ce que tu bénéficies du 30% ruling ? ». Ce 30% ruling (30%-regeling) est une disposition fiscale qui accorde un abattement de 30% sur le salaire brut imposable de tout salarié qui est venu de l'étranger pour occuper un poste qui ne pouvait pas être pourvu avec la main d'œuvre locale. Cette disposition vise à aider les personnes très qualifiées à venir aux Pays bas, malgré le taux d’imposition plutôt élevé du pays et ainsi aider les entreprises néerlandaises qui veulent se doter de compétences rares.

Les conditions pour obtenir cet avantage fiscal, telles que listées sur le site du service des impôts (Bellastingdienst) sont simples: - avoir un travail aux Pays bas - avoir des compétences difficilement trouvables aux Pays bas - avoir vécu à 150 kilomètres hors des frontières du pays pendant au moins 16 mois au cours des deux dernières années.

Les demandes sont généralement faites par l'entreprise qui emploie l'expatrié et elles sont examinées au cas par cas. La sélection semble drastique mais dans les faits, tout expatrié venant avec un diplôme supérieur peut prétendre à cet avantage. Si je n'en ai pas encore parlé c'est que je n'ai pas fait partie de cette catégorie.

10 ans, 8 ans, 5 ans…

Depuis des années cet avantage est accordé pour une période de 10 ans. Seulement le gouvernement des Pays bas comme ailleurs cherche à gratter quelques thunes sur le budget et depuis 2012, les personnes qui font la demande de cet avantage ne peuvent plus le recevoir que pour une période de 8 ans. Aujourd'hui le gouvernement veut encore revoir à la baisse la durée des bénéfice du 30% ruling en le réduisant à 5 ans. C'est la 132ème disposition de l'accord de coalition (Regeerakkoord 2017 2021 VVD, CDA, D66 en ChristenUnie) signé en 2017 par les partis au gouvernement. La règle devrait s'appliquer en 2019. Il est donc temps de travailler sur le texte qui sera présenter le jour de la note des millions.

De looptijd van de 30% regeling wordt verkort van acht naar vijf jaar.

5 ans pour tous dès 2019 ?

Dans les premières évaluations du projet le gouvernement semble entendre que la réduction de la durée de cet abattement de 30% s'étendra à l'ensemble des expatriés qui en bénéficient et non plus comme ce fut le cas en 2012 aux seuls nouveaux bénéficiaires. C'est un coup dur pour les actuels bénéficiaires, cela signifie une baisse de 12 à 16% de leurs revenus. Alors évidement, ils ne sont pas d'accord.

Une pétition tourne pour appeler le gouvernement, non pas à changer son projet mais uniquement à ne pas le rendre rétroactif. Elle est issue d'un collectif qui se nomme United expats of the Netherlands. Leur slogan et leur logique est simple: donner c'est donner…[1]. Ils arguent que cela ne rapportera pas beaucoup au budget de l'État mais risque d'avoir des conséquences négatives sur l'économie du pays.

Pour en savoir plus, visitez le site qui reprend leur slogan : A deal is a deal.

Note

[1] Le slogan est en anglais et en néerlandais et sonne beaucoup mieux: A deal is a deal soit afspraak is afspraak comme le disent les autochtones.

mardi, 23 janvier 2018

Comment les hollandais sont passés au vélo ?

Aujourd'hui la petite reine[1] fait un retour en force dans le cool et la pratique du vélo gagne du terrain un peu partout. Cela n'a pas été toujours le cas et la deuxième moitié du XXème siècle est plutôt marquée par le déclin du cyclisme toutes catégorises confondues. Alors quand on arrivait aux Pays bas dans les années 90, c'était un choc de voir ce peuple continuer à se déplacer à bicyclette dans tout le pays.

Seulement cela n'a pas toujours été le cas et cette pratique du vélo est le résultat de choix politiques datant des années 70, mettant l'accent sur les infrastructures et la sécurité. C'est un tweet signalé par un lecteur qui m'a rappelé que je n'en avais pas encore parlé ici:

Note

[1] Non, je ne vais pas parler de Beatrix.

Lire la suite...

mardi, 16 janvier 2018

Jeroen Dijsselbloem ou la dutch arrogance

En mars dernier, Jeroen Dijsselbloem, le ministre des finances néerlandais et président de l'Eurogroupe[1] a suscité la colère dans les pays du sud de l'Europe avec sa réplique destinée aux Grecs du genre « Vous ne pouvez pas dépenser votre argent en alcool et en femmes et après venir pleurnicher pour avoir de l'aide. Suite aux protestations ils s'était justifié en prétextant la franchise très calviniste des Néerlandais. Cette justification a bien sûr attisé les animosités entre l'Europe du nord et celle du sud au sein de l'Eurogroupe et dans les éditoriaux. Non seulement il évitait bien de demander des excuses pour avoir offensé un peuple mais en plus il donnait le crédit de la franchise à ce qui ne sont que des conneries de café du commerce.

Dijsselbloem qui regarde des enfants de haut

Seulement voilà le ministre a été unanimement applaudit au pays. Non pas parce qu'il gère bien les relations avec ses partenaires de l'Eurogroupe mais parce qu'il a agit en bon Néerlandais en faisant preuve de franchise. Il a eu droit à la reconnaissance de son Premier Rutte et de l'ensemble de la classe politique. Quand ailleurs ont trouve cette attitude brutale et rustre, les Néerlandais son fiers d'être francs. C'est là une grande différence qu'ils ont avec les Français.

Note

[1] Jeroen Dijsselbloem n'est plus président de l'Eurogroupe depuis le 13 janvier 2018. Il a été remplacé par le portugais Mário Centeno.

Lire la suite...

lundi, 18 décembre 2017

Nee nee ! Stop la pub !

Les tracts qui encombrent la boîte aux lettre c'est sympa pour apprendre le néerlandais[1] mais on a vite fait le tour. Il est temps de faire cesser tout ça. Pour cela il y a une solution locale très utilisée, le NEE NEE Sticker.

Nee Ja sur la boîte

Note

[1] Et pour illustrer des articles sur les traditions locales.

Lire la suite...

vendredi, 3 novembre 2017

Le dernier Fokker des Pays bas

J'ai commencé ce blog il y a 10 ans pour vous parler du Fokker, un avion de conception néerlandaise qui équipait la flotte Cityhopper de la compagnie néerlandaise KLM. Il y a quelques années je vous ai parlé des nouveaux Embraer que cette même compagnie achetait pour remplacer les vieux Fokker. Déjà les Fokker 100 et les Fokker 50 ont été remplacés Il ne reste plus que des Fokker 70 qui vont eux aussi être décommissionnés. Quand le dernier Fokker 70 aura quitté le tarmac de Schiphol, ce sera fini de cette longue relation de 97 ans entre la compagnie KLM et l'avionneur local. Cela valait bien un dernier baroud d'honneur:

Antony-Fokker-sur-F70-par-tjdarmstadt.jpg Fokker 70 avec une livrée représentant Antonny Fokker par tjdarmstadt

Lire la suite...

lundi, 16 octobre 2017

La nouvelle bière trappiste est néerlandaise

La bière trappiste est une catégorie de bière bien connue pour qui aime bien ce breuvage. Même si avec sa fermentation basse et son titre d'alcool élevée elle est typique de la bière belge, elle n'en est pas moins appréciée dans le pays où coule l'Amstel. Beaucoup de pubs d'Amsterdam proposent des bières d'abbaye à la pression en plus de la traditionnelle pils locale mais les connaisseurs peuvent demander une bière trappiste, très souvent une Westmalle, en bouteille. Les Pays bas sont même producteurs de bière trappiste authentique ce qui n'a pas toujours été le cas. Les commerçants bataves et le label brassicole des moines contemplatifs ont d'ailleurs une histoire mouvementée.

authentic-trappist-product.jpg

Lire la suite...

vendredi, 17 mars 2017

Après les élections (2017)

Il y a onze ans (déjà) je partageais avec vous ma découverte de la politique néerlandaise avec le résultat des élections générales (l'équivalent de nos législatives) du 22 novembre 2006. Ces élections qui ont donné naissance au cabinet Balkenende IV, une alliance des chrétiens démocrates (CDA), sociaux démocrates (PvdA) et d'un autre petit parti chrétien progressiste (CU) à qui on doit l'interdiction de fumer dans les cafés et restaurants, la création des centres d'accueil de jeunes et des familles dans toutes les mairies ainsi que la nationalisation d'ABN Amro suite à la crise bancaire de 2008.

À l'époque déjà je comparais les élections néerlandaises avec leur pendant français notant ce qui est pareil et ce qui est différent.

Aujourd'hui le monde entier à les yeux rivés sur les résultats aux Pays bas parce qu'il pourraient préfigurer les résultats d'autres élections cette année qui pourraient changer la face de l'Europe. C'est donc le moment ou jamais de mettre ces résultats en perspective et de voir ce qui a changé en 10 ans dans nos deux pays.

Lire la suite...

- page 2 de 25 -