nederlandjes

Nul par ailleurs que chez les dutch

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, 31 décembre 2021

Moins de pétarades pour le nouvel an

Les festivités du jour de l'an se suivent et se ressemblent à ceci près que pour la deuxième année consécutive, le gouvernement a interdit la vente de feux d'artifice tant prisés pour le passage de l'ancienne la nouvelle année (oud en nieuw). La raison de cette interdiction est liée à la pandémie de COVID-19 : Limiter les accidents liés à ces explosifs pour maintenir les capacités des hôpitaux. Pas encore de prise en compte donc, de l'impact néfaste de cette tradition sur l'environnement et la santé publique pourtant de plus en plus évoqué.

L'interdiction néerlandaise

L'interdiction est temporaire et exceptionnelle mais elle est en place pour la deuxième année consécutive depuis le 19 novembre. Le gouvernement a spécifiquement interdit l'usage et le transport des feux d'artifice les plus dangereux (catégorie F4, F3 et F2) pour réduire le nombre d'accidents liés à leur usage. Dans la liste des matériels interdits, les pétards comme les « tapis chinois » arracheurs de doigts, les fusées et les chandelles romaines bien trop souvent orientés dans une mauvaise direction[1]. Le communiqué de presse du gouvernement précise que les professionnels du secteur seront à nouveau indemnisés pour le manque gagner. Dans les faits, les ventes continuent mais les pétards et les fusées sont remplacés par des feux décoratifs qui sont autorisés et souvent plus chers. NOS souligne d'ailleurs que cette tendance a commencé avant l'interdiction.

Le gouvernement précise aussi que l'interdiction ne concerne pas les spectacles pyrotechniques lancé par des professionnels à l'initiative des municipalités, pratique peu répendue qu'il semble encourager.

L'interdiction anglaise

Ailleurs, en Belgique ou en Grande-Bretagne, les autorités annulent les feux d'artifice lancées par les villes pour éviter les grands rassemblements vecteurs de transmission du virus. Ainsi, Londres annule pour la deuxième année consécutive son lancé depuis les rives de la Tamise qui attirait les foules. Pour avoir des réjouissances pyrotechniques les Anglais lancent les feux d'artifice eux même, à la façon des Hollandais[2]. Cette nouvelle pratique n'est pas du goût des association s'occupant d'animaux qui se plaignent du stress qu'engendre tout ce bruit et ces odeurs durant la nuit du 31 décembre au premier janvier. Là bas aussi les pétards sont passés de mode et la tendance est aux feux d'artifice silencieux pour le « bien-être animal ».

L'impact environnemental

Il reste que les animaux ne sont pas seulement gênés par le bruit mais aussi par la pollution de l'air générée par tous ces explosifs. Tout le monde peut voir l'air s'épaissir en ville dans les premières heures de l'année et il ne faut pas être devin pour en déduire que ces particules fines en suspension ne sont pas bonnes pour la santé. Les dégâts du nouvel an ne sont pas que matériels. Seulement, ceux sur la santé et l’environnement sont difficiles à quantifier. Une étude de 2019 a mis au jour la quantité et le type de particules fines causés par les feux d'artifices du nouvel an en effectuant des mesures a Graz en Autriche et Brno en Tchéquie. Cette étude parle de dépassement de seuil de polution, de magnésium, aluminium, cuivre, potassium ou de strontium et d'un effet sur la santé qui ne peut être ignoré.

À Brno les réjouissances pétaradantes durent environ 40 minutes avant de se calmer. Je n'ose pas imaginer quels auraient été les résultat des mesures si elles avaient eu lieu à Amsterdam, ville où les explosions ne s’atténuent pas avant 2h du matin.

Le problème est connu aux Pays-Bas et c'est peut-être ce qui explique l'évolution de la consommation avant même les restrictions. Le site Milieu Centraal, explique la marche suivre quand on veut lancer un feu d'artifice en réduisant son impact sur la nature. Il rappelle que cette activité est régulée depuis longtemps et que son impact sur l’environnement est important. Ses recommandations sont:

- 01 Ne pas acheter de feux d'artifice illégaux (sans le marquage CE) qui contiennent des substances toxiques. - 02 Réduire le nombre de lancés et se regrouper avec les voisins pour le faire ou bien juste regarder les autres. - 03 Nettoyer les déchets dès que possible de manière à ce que les substances toxiques ne se retrouvent pas dans l’environnement. - 04 Ne pas acheter de feux d'artifice contenant du plastique comme les balles explosives (knetterballen)[3] Le plastique ne se dégrade pas dans la nature. - 05 Si vous êtes allergiques à la pollution éviter de sortir les premières heures de l'année.

Des conseils de bon sens en fait. On pourrait préciser que les feux d'artifices décoratifs sont peut-être plus sympa pour le stress des animaux parce qu'ils ne font pas de bruit mais ils sont souvent plus polluant parce qu'à base de métaux comme nous le rappelle scientias.nl avant de conclure par un « faut-il interdire les feux d'artifice ? » Bien polémique. Il semble que cette interdiction soit possible en temps de COVID mais faut-il vraiment fêter l'année avec des interdictions ?

Notes

[1] comme dans le fameux film du LAAF de 2007

[2] et de nombreux autres pays d'Europe.

[3] Ces dernières sont d'ailleurs de moins en moins disponibles en magasin suite à une campagne contre elles.

mardi, 27 avril 2021

La cassette audio est orpheline

On la croyait morte mais la voilà qui redevient un produit demandé. La cassette audio a vu le nombre de ses ventes doubler en 2020 (du moins au Royaume Uni) entraîné par une mode rétro et ceux qui ne veulent plus parler à leur assistant Alexa-OkéGoogle parce qu'il les espionne dans leur confinement. C'est ce moment que Lou Ottens, l'inventeur de la cassette a choisit pour nous quitter. Il s'est éteint à l'age de 94 ans dans sa ville de Duizel.

Lire la suite...

lundi, 18 janvier 2021

La manif de Museumplein

Les fermetures de cinémas, piscines, magasins et stades s'éternisent les restrictions vous pèsent et l'obligation de rester chez soi commence à vous gaver. Vous n'êtes pas les seuls -moi aussi-. Ceux qui sont le plus en colère ont décidé de se rassembler pour le scander dans la rue.

Vous pensiez que les violences policières n'avaient lieu qu'en France ? Cette petite brève va vous montrer qu'Amsterdam aussi peut vivre des scènes de confrontation avec la police, même au temps du coronavirus.

Lire la suite...

dimanche, 8 novembre 2020

Des patrons revoient leur salaire à la baisse

Le gouvernement néerlandais (kabinet), vient de demander aux patrons de plusieurs organisations de télévision de revoir leur salaire à la baisse avec un plafond fixé tout de même à 148.000 euros.

C'est cette petite news de l'AD qui me pousse aujourd'hui à faire un billet parce qu'elle aborde deux thèmes que j'aurais aimé aborder depuis des années: La télévision publique néerlandaise et les revenus des dirigeants aux Pays-bas. Ces deux thèmes marquent une énorme différence avec la France et mériterait d'être approfondis. Je vais tenter ici un résumé pour vous expliquer le contexte de cette nouvelle, pas si anodine.

Lire la suite...

vendredi, 28 août 2020

Ja Ja, stop la pub

Depuis début Juillet, La Haye a introduit l'autocollant JA JA pour recevoir de la publicité dans votre boîte aux lettres. Un changement radical puisque la publicité ne pourra plus être distribuée toute boite mais uniquement chez ceux qui en font la demande. Cette mesure est en fait une copiée sur Amsterdam qui en l'a mise en place il y a trois ans. Explications :

Opt-in Opt-out

Dans la collecte de donnée personnelle comme dans la distribution non ciblée de publicité les termes anglais de opt-in et opt-out reviennent souvent. Elle se réfère à l'action de l'utilisateur. Dans un cas, la collecte ou la distribution se fait sans demander autorisation mais les gens ont la possibilité de s'opposer à la collecte de leur données ou au spam. C'est l'Opt-out. Une pratique qui semble bienveillante mais laissent grande libertés aux opérateurs. En revanche, le principe d'Opt-in demande aux opérateurs. de s'assurer a priori que les utilisateurs ont bien consenti être l'objet des démarches des opérateurs. En Europe, le RGPD fixe l'Opt-in comme réglé pour la collecte de données personnelles non directement liées au service rendu. Cela pourrait être logique de fixer le même principe pour la distribution de publicité et de considérer que par défaut, elle n'est pas désirée.

Je ne compte plus les escaliers étroits dans lesquels j'ai dû escalader les montagnes de vieux tracts parce que personne n'en veut dans l'immeuble mais personne n'ose poser un autocollant NEE NEE sur la porte pour éviter d'en recevoir. Je me dit que ce principe d'Opt-in dans la publicité aurait le mérite de rendre ces cages d'escalier plus propres.

C'est le Parti des Animaux (Partij van de Dieren) qui a commencé à faire campagne pour l'application de cette mesure et la mairie d'Amsterdam s'est mis en tête de l’appliquer pour faire chuter la production (et le retraitement) des déchets papiers. Cela n'a pas plût aux spécialistes du marché pour qui réduire les déchets signifie réduire leur gagne pain. Il y a donc eu un procès. Les distributeurs de papiers ont défendu leur cause en disant qu'ils avaient fait des investissements pour mettre en place leur métier et que la mairie n'avait pas le droit de retirer cette part de marché qui leur appartenait. En plus ce n'est pas sûr que cela réduira la production de déchets. Je ne sais pas s'ils ont été crédibles mais le juge ne les a pas suivit.

Le jugement

Il estime la loi de 1979 sur la gestion de l’environnement (De Wet Milieubeheer) autorise la mairie de prendre cette décision et qu'en ayant annoncé cette décision en avril 2016, les distributeurs de prospectus ont eu assez de temps pour adapter leur métier. Le juge reconnaît une décision qui réduit le marché de ces entreprise mais il y voit là un risque entrepreneurial et non la perte d'un droit de propriété.

Alors que je vous présentait l’autocollant stop-pub néerlandais, je ne me doutais pas que ce dernier était en fin de vie. La cour d'Amsterdam venait d'arrêter son jugement en novembre 2017 indiquant qu'il était légal pour la ville de demander de ne distribuer les publicités qu'aux personnes en faisant la demande. Vous pouvez recycler l’autocollant NEE NEE avec le vieux papier titre le communiqué de presse de la cour.

Dans les fait, c'est un peu différent, L'autocollant JA JA est depuis disponible en mairie pour ceux qui veulent recevoir les tracts en tout genre pour protéger les meubles en repeignant le plafond mais en l'absence d’autocollant, les usagers continueront de recevoir les journaux gratuits qui ne sont pas visés par cette mesure. L'autocollant NEE NEE est donc toujours utile pour ceux qui ne veulent ni recevoir de pub ni recevoir de journaux. Le site d'Amsterdam explique bien cela mais hélas pas en français.

La mesure ne concerne d'ailleurs pas tous les arrondissements d'Amsterdam et votre mairie locale saura quel autocollant vous devez apposer selon vos besoins et désirs.

Un autocollant rond

Cet autocollant que tout le monde appelle JA, JA en référence à l'ancien autocollant NEE, NEE n'est en fait qu'un autocollant JA qui signifie « oui, vous pouvez me spammer » ou plutôt « OUI aux imprimés sans adresse » (ongeadresseerde folders JA). Autre différence, il est rond et plus discret mais le JA reste bien lisible pour que les distributeurs d'imprimés ne se trompent pas. Il est possible de le commander en mairie ou directement en ligne sur un site qui explique que c'est bien de recevoir de la pub.

Si vous le posez sur votre boîte, s'il vous plaît, ne laissez pas traîner les tracts dans l'escalier.

mercredi, 1 avril 2020

Partagez vos blagues sur le COVID-19

Alors que la France venait de décider son confinement et les Pays-Bas sa stratégie de la horde, l'Université d'Amsterdam UVA a ouvert une page pour collecter les blagues sur le Covid-19. La page demande l'aide de chacun pour collecter les blagues, les memes et autre fichiers humoristiques sur le coronavirus.

C'est vrai que quand la maladie était à un stade d'épidémie régionale, les blagues commençaient déjà à circuler à propos d'un truc qu'on ne maîtrise pas bien dans un pays exotique facile d'accès grâce à Ali Express. Maintenant qu'on est en plein dedans et qu'on doit justement rester dedans, les blagues circulent tout autant sur ce truc qu'on ne maîtrise peut-être pas mieux. L'exotisme oriental a été remplacé par les tranches du quotidien, impliquant des attestations pour certains et du papier toilettes pour d'autres. Pas un jour sans blague depuis des mois. Ils doivent bien rire à l'Université d'Amsterdam.

Université d'Amsterdam, Pays-Bas

N'importe quel site de collection de blague aurait mis en ligne ce contenu social pour faire de l'audience et partager ces tranche de rigolade mais les universitaires sont des gens sérieux et même après avoir partagé une blague, impossible d'avoir accès à la collection de blagues, ''memes' et matériel humoristique. Pourquoi font-il cela alors ?

C'est une professeure de Sociologie, Giselinde Kuipers qui est à l'initiative de ce site et de cette collecte de blague. Ce n'est pas la première fois qu'elle s'intéresse aux blagues sur un événement tragique puisqu'au cours d'une interview elle avoue avoir déjà collecté des blagues après ce qu'elle appelle le 9/11 il y a 20 ans. Dans cet article Grappen en grollen over het coronavirus: waarom doen we dat? paru sur le site scientias la scientifique explique sa démarche.

Giselinde Kuipers, Prof de socio

Nouveaux mots: Grappen en grollen

Selon le Van Dale, Grollen veut dire blague alors que Grappen veut dire blague. Les deux mots sont donc synonymes. L'article pourrait donc être traduit par : Blagues et plaisanteries sur le coronavirus: Pourquoi on fait ça ?

L'article n'explique pas pourquoi l'université d'Amsterdam collecte les blagues mais tente de répondre à l'envie de faire des blagues sur des sujets d'actualités graves et parfois tragiques. Il y a plusieurs raisons à ça selon la sociologue qui répond aux questions en oubliant de citer la première: parce que c'est drôle.

Les trois raisons exposées sont le besoin de communiquer sur un sujet qui nous occupe l'esprit, une manière de se sentir éloigné d'une actualité qui nous affecte mais finalement pas tant que ça et une manière d'introduire de la légèreté dans une actualité tragique.

Croudsourcing de blagues

Lors de son étude des blagues sur les Attentats du 11 septembre 2001 il y a 20 ans, Giselinde Kuipers n'a rassemblé qu'une centaine de blagues sur cet événement. Maintenant qu'elle est confinée dans sa maison des Pays bas alors qu'elle enseigne à l'université de Leuven en Belgique, elle a pensé que cette fois elle pourrait en rassembler plus avec l'aide du public. Elle a d'abord tweeté son appel avant de passer à l'étape supérieure avec l'aide de Mark Boukes de l'université d'Amsterdam. La page est en ligne depuis le 24 mars et accepte les blagues dans 30 langues. C'est un véritable croudsourcing qui est maintenant en place pour aider la recherche.

L'humour et la beauté

Oui, oui en envoyant un blague, vous pouvez aider la recherche. la Professeure Giselinde Kuipers se présente sur twitter comme étudiant l'humour et la beauté, et autres « choses futiles aux sérieuses conséquences ». Je ne peux me prononcer sur le sérieux des blagues qui seront étudiées dans le cadre de l'épidémie du coronavirus mais je veux partager une lecture sur l'autre sujet futile de la sociologue : la beauté.

En effet, les illustrations de cet article sont tirés d'une bande dessinée mettant en scène Giselinde Kuipers ayant pour thème la sociologie de la beauté. Une très très bonne lecture, mêlant fiction et les travaux de la professeure, pour une période où il n'est pas nécessaire de trop se montrer au monde.

dimanche, 12 janvier 2020

C'est confirmé, le gouvernement doit protéger les gens

Le jugement que la cour suprême de Hoge Raad des Pays-Bas vient de rendre le 20 décembre dans l'affaire Urgenda est historique. C'est la première fois qu'un gouvernement est contraint par la justice de son pays à lutter contre le réchauffement climatique et à respecter ses engagements de réductions des émissions de gaz à effet de serre. Ceci peut paraître évident si comme dans le titre de ce post, la mission du gouvernement est de protéger son peuple mais il a fallut 7 ans pour que la décision soit confirmée par la justice… Résumé de 7 ans d'action de l'association Urgenda qui a déjà fait des petits dans le monde :

Lire la suite...

lundi, 25 novembre 2019

Comment déménager une toile de 48m de long

Voilà presque 7 ans qu'il n'y a plus un seul bureau de poste aux Pays-Bas. Je vous ai parlé de la fermeture des plus emblématiques notamment parce qu'ils étaient des lieux publics à admirer comme des œuvres d'art.

La poste centrale d'Utrecht est notable par son architecture typique de l'école d'Amsterdam. Lorsque les travaux seront terminés, le bâtiment sera nouveau ouvert au public comme bibliothèque municipale avec des inévitables magasins. En attendant, le grand hall intérieur est visible sur le web comme je l'ai déjà évoqué.

La poste centrale de la Haye était sans un bâtiment moins singulier mais il abritait une copie de Metamorphosis III, une toile monumentale de l'artiste local M.C. Escher. J'ai déjà expliqué que cette toile est aujourd'hui visible par le public (qui a les moyens de prendre l'avion). En relatant ces faits au détour d'un voyage, je n'ai pas évoqué la question cruciale du déplacement de la toile depuis la ville où habite le roi jusqu'à l'aéroport où il lui arriva de piloter des avions. En effet cette œuvre mesure 48 mètres de long. C'est forcément un convoi très exceptionnel qui a permis son déménagement et c'est ce déménagement qui est raconté dans un petit film que je voulais partager avec vous.

Même si l'information n'est plus toute fraîche elle reste un témoignage important de l'attention particulière que les néerlandais portent à la conservation de ce que les gens trouvent beau.

lundi, 18 novembre 2019

Les autres manières de dire bonjour et au-revoir

Je vous ai parlé de ce curieux tic de langage Doei doei que ce lançaient les amstelodamois pour se saluer avant de se quitter. Il semblerait que ce soit un phénomène local et que le "Salut" néerlandais se décline de nombreuses manières différentes selon la région province.

Ailleurs, on se salue plutôt à base de Moi, adieë, daag ou même salu. Lisez plutôt:

Lire la suite...

dimanche, 9 décembre 2018

Plus de morts à vélo qu'en voiture en 2017

C'est une première et c'est bien triste. 2017 a été une année noire en terme de mortalité à vélo si bien que pour l'année 2017 il y a eu pour première fois il y a eu plus de cyclistes tués sur les routes (206) que d'automobilistes (201). L'institut national des statistiques (Centraal Bureau voor de Statistiek) en a fait un communiqué spécial tant la nouvelle marque un tournant.

La pratique du vélo de cesse d'augmenter depuis les années 70 mais comme les infrastructures de sécurité suivent, le nombre d'accidents fatals reste plutôt stable (ligne verte). Pour la voiture, les infrastructures mais aussi les mesures visant à responsabiliser les conducteurs ont aussi amené une baisse du nombre des accidents mortels (ligne bleue). Il fallait bien que ça arrive, les courbes se sont donc croisées en 2017 aux Pays bas.

Cela ne veut pas dire que le vélo est devenu plus dangereux que la voiture ; le Centraal Bureau voor de Statistiek nous aide à mieux lire cette triste nouvelle et à en analyser les causes.

Lire la suite...

- page 1 de 26