me in Amsterdam

mercredi, 14 décembre 2016

Les français surveillent la stabilité des maisons

On vante souvent le savoir faire de ingénierie néerlandaise en matière de canaux et d'îles artificielles[1]. On vante beaucoup moins ce savoir-faire quand on évoque la construction de la Noord-Zuidlijn, souvent repoussée et sujet d'accidents remarquables[2]. Ce qu'on oublie souvent c'est de vanter le savoir-faire français pour la surveillance de la stabilité des maisons tout au long de la ligne.

Les maisons d'Amsterdam reposent sur des pieux en bois enfoncées profondément dans un sol sablonneux. La cohérence du sol est assurée avec la nappe phréatique et les travaux souterrains du métro sont un risque pour cet ensemble fragile. Les vibrations d'un tunnelier mal orienté ou une fuite dans un voussoir peut déstabiliser l'ensemble et mettre les maisons du centre ville en danger. Les travaux sont calculés au mieux mais comme il y a toujours des aléas, il faut aussi mesurer régulièrement la stabilité des maisons.

Ces le rôle de ces drôles de machines accrochées dans des cages sur les murs le long de Damrak, Rokin, Vijzelgracht et Ferdinand Bolstraat. Les plus observateurs auront déjà vu ces appareils changer de cible alors que les touristes contemplent le galbes des pignons.


Un théodolite Leica série 1000, sur support, pour auscultation automatique d'ouvrages, avec en premier plan, un des nombreux réflecteur catoptrique utilisés, sur lesquels l'appareil fait des mesures répétées pour détecter des éventuels mouvements

Notes

[1] Comme dans le golfe persique évoqué en forme de tulipe|/un-polder-en-forme-de-tulipe]

[2] Voir les articles sur Des travaux qui n'en finissent toujours pas et Les maisons d'Amsterdam s'enfoncent

Lire la suite...

jeudi, 14 janvier 2016

Nouveaux tarifs postaux en France

Vous avez peut-être remarqué les publicités de la poste pour ses nouveaux tarifs postaux, en vigueur depuis le premier janvier 2016 (bonne année). Ces publicités insistent sur le coté pratique de l’affranchissement avec le timbre pour unité de compte. 20g = 1 timbre, 20 à 100g = 2 timbres etc. Le coté pratique est incontestable, un carnet de timbres permet de réaliser tous ses affranchissements au centime prêt.

timpres-poste-marianne.png

Cette bonne idée est en usage aux Pays bas depuis au moins 2006 année de l'ouverture de mon blog (10 ans déjà) et je vous l'expliquais en concluant par un : « Il y a quand même un coté pratique qu'on ne saurait retirer à TPG Post. Une idée à exporter ». Depuis, la poste a changé de nom deux fois mais l'idée est restée.

Lire la suite...

samedi, 28 novembre 2015

Tricolore sur les timbres de décembre

Les timbres de décembre sont une tradition pour les fêtes aux Pays bas et tous les ans (ou presque) depuis 2006 je vous fait découvrir de nouveaux visuels de timbres qui vous permettent d'envoyer vos courriers à moindre coût.

Cette année alors que les réseaux sociaux et les avatars se couvrent de drapeaux tricolores, la poste a fait un effort particulier en reprenant les trois couleurs bleu, blanc rouge pour ses timbres de décembre. Les envois de cartes pour la saint Nicolas, Hanukkah, le solstice d'hiver, Noël et les vœux de nouvel an porteront cette année les couleurs de Paris sous la neige.

decemberzegels 2015

Voir aussi

lundi, 30 mars 2015

France 2 quitte la Hollande

Pendant ce mois de la francophonie (le mois de mars), les Pays-Bas ont multiplié les mauvaises nouvelles concernant la langue de Molière et son rayonnement dans le monde. Aujourd'hui le cas France 2 sur le câble et la fin du bouquet Ziggo.

bandeau-consumentenbond-teve.jpg

Le nouveau Ziggo

Ziggo, je vous en ai parlé, c'est un « petit » câblo-opérateur néerlandais, basé à Utrecht qui a été attaqué par le lobby des marchands de disques pour couper l'accès à the Pirate Bay. Cette société devait aussi faire de l'ombre à d'autres puisqu'elle a été rachetée par UPC, le géant, filiale de Liberty Global dont j'ai déjà parlé (en mode pas content) sur ce blog. La Commission Européenne a donné son accord pour ce rachat en octobre 2014. Rachat présenté comme une fusion puisque le groupe américain a décidé de garder le nom Ziggo pour l'ensemble de ses opérations aux Pays-Bas.

Lire la suite...

vendredi, 6 février 2015

Willem et Charlie

Un mois après la fusillade tragique dans les locaux de Charlie Hebdo, qui a coûté la vie à 12 personnes dont des dessinateurs connus, je me permets de revenir brièvement sur cet événement à froid[1]

C'est suite à cet évènement que j'ai appris que la plume qui signait ses dessins d'un Willem dans un rond était néerlandais. Un néerlandais à Charlie, voilà qui justifie ce petit billet. En fait Willem, de son vrai nom Bernhard Willem Holtrop, est un néerlandais d'origine mais en France de longue date et il collaborait déjà à Charlie avant sa refondation en Hebdo par Philippe Val en 1992. Il y tenait une rubrique Autre choses dans le plus pur style de bédé soixante-huitarde d'inspiration provo[2] comme dans Hara Kiri à ses débuts. C'est d'ailleurs dans Hara Kiri qu'il s'est fait connaître. Il signe aussi dans Libération sous « l'œil de Willem » dans les pages « politique » du quotidien.

Suite à l'assassinat de ses collègues, Willem a répondu offert son témoignage, disant ne pas aimer les conférences de rédaction, ce qui lui a peut-être sauvé la vie. Il a aussi offert une interview au Vokskrant où, bien qu'il reconnaissait que le soutien apporté par la foule au journal, aux survivants, aux familles des victimes, était formidable. Il ajoute quand même qu'il ne considère pas mieux certaines personnes qui apportent leur soutien. Il parle du Pape, de la reine d'Angleterre et de Poutine. Lui qui est toujours anti-religieux a résumé la singularité de ces nouveaux soutiens dans le numéro suivant de Charlie Hebdo (le numéro des survivants).

Les nouveaux amis de Charlie

Cette interview a été reprise par l'AFP et de nombreux journaux l'on repris alors que le numéro des survivants n'étaient pas encore imprimé. Les journaux français ont titré du racoleur Nous vomissions sur ceux qui subitement disent être nos amis.

Vu de l'étranger, les tournures que prennent les choses en France, laissent présager que la liste des destinataires du vomi de Willem s'allonge de jour en jour. Des parlementaires qui décident de plus de surveillance, de ministres qui dictent aux français quoi penser, des juges qui envoient en prison des potaches qui font des blagues (de mauvais goût) sur facebook. Des policiers qui convoquent un enfant de 8 ans au commissariat... Tout cela au nom du respect d'un journal qui a toujours prôné l'insolence, dénoncé la censure et combattu les autoritarismes.

Cette interview de Willem a presque un mois mais à mesure que le temps passe elle est hélas de plus en plus d'actualité.

Notes

[1] J'aurais bien aimé conseiller à tout le monde, et surtout BFM, de ne pas réagir à chaud à cette tragédie mais qui suis-je pour dicter l'émotion des gens ?

[2] Provo est un mouvement artistique et politique pré-hippie qui a vu le jour à Amsterdam dans les années 60. J'aurais dû en parler depuis longtemps mais je n'en ai jamais pris le temps.

lundi, 13 octobre 2014

Un ambassadeur qui tombe à... point nommé

L'ambassadeur de France M. Pierre Menat, a rendu quitté ses fonctions aux Pays-Bas le 6 septembre dernier, après trois ans de service comme c'est l'usage. Il aura été l'ambassadeur du déménagement de l'Ambassade à la Haye et de la réception du Président de la République dans un pays qui porte le même nom que lui.

Il faudra attendre un mois pour que la lettre de créance nommant officiellement son successeur soit reçue par le roi Willem-Alexander des Pays-Bas. Dans les fait, le nouvel ambassadeur est nommé par le quai d'Orsay à temps pour que la transition ne laisse pas de vite. Le nom du successeur de M. Pierre Menat est connu depuis le 17 juillet avec le décret qui le nomme mais officiellement c'est à la remise de la lettre de créance au chef de l'état hôte, que l'ambassadeur entre officiellement en fonction. Laurent Pic, ancien conseiller diplomatique du premier ministre Jean-Marc Ayrault devient ambassadeur de France aux pays-Bas pour son premier poste dans cette fonction.

Comme toujours la nomination d'un ambassadeur est l'occasion de rappeler le rôle d'un ambassadeur aussi bien aux futurs interlocuteurs autochtones qu'aux français établis aux Pays-Bas qui ont parfois à faire avec les services de l'ambassade. Cet exercice a été rempli à l'aide d'une vidéo où est interviewé le nouvel ambassadeur.

La position des ambassadeurs au sein de l'Union Européenne, zone, où les ministres des pays membres se rencontrent régulièrement à Bruxelles est singulière. Le rôle de représentant du gouvernement et d'acteur incontournable des relations bilatérales est un peu déprécié. L'ambassadeur de France dans un pays de l'Union Européenne, se transforme peu à peu en représentant multi-cartes de la France, essayant d'attirer plus d'investisseurs et de touristes dans notre pays. Laurent Pic s'inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs en mettant en avant le désir de faire que les peuples des deux pays se connaissent mieux et en expliquant comment la France est belle pour y investir son vakantiegeld.

M. Laurent Pic y parle aussi de personnalités néerlandaises que je ne connais pas et nous apprend aussi que le tour de France partira d'Utrecht l'année prochaine. Finalement, ce petit film est source d'inspiration pour les prochains posts de ce blog. Merci votre Excellence.

mercredi, 28 mai 2014

Les nouveaux conseillers consulaires

Depuis mon premier billet sur l'Assemblée des français de l'étranger, annonçant le résultat des élections de 2006 il y a eu de nombreuses évolutions. En 2006 Tanguy le Breton était élu délégué AFE pour un mandat de 6 ans qui s'est prolongé jusqu'à aujourd'hui.

Depuis 2006, nous avons assisté à de nombreux changements dans la représentation des français de l'étranger. Nous avons d'abord eu un Secrétaire d'État puis un Ministre délégué. Nous avons ensuite eu de nouveaux députés élus en 2012 (lors d'un scrutin auquel je participais). Enfin en 2013, la réforme de la représentation des Français établis hors de France créait les conseillers consulaires, plus nombreux et plus proches de la population, ils n'en sont pas moins sans pouvoir réel comme je le regrettais dans un article au cours des débats.

Les listes en lice

Lire la suite...

jeudi, 24 avril 2014

La Société Française de Bienfaisance a 130 ans

Avec les élections des conseillers consulaires qui ont lieu cette année, de nombreux français découvrent l'action des pouvoirs publics français à l'attention des compatriotes en difficulté. En effet, les consulats français dans le monde ont une cellule d'aide aux français en difficulté. Il n'y a pas toujours d'assistante sociale en poste mais une aide est apportée à ceux qui en ont le plus besoin.

Aux Pays-Bas, c'est particulier puisque depuis le 18 mai 1883[1], une association[2] vient en aide des français les plus démunis vivants aux Pays-Bas. Le consulat de France à Amsterdam reçoit les demandes d'aide sociale comme partout ailleurs dans le monde mais il s'appuie sur cette association pour assurer son action.

Société Français de Bienfaisance aux Pays-Bas

Les liens entre les institutions françaises et l'association sont ténues puisque l'Ambassadeur de France à la Haye et le Consul Général de France à Amsterdam sont membres statutaires du comité d'honneur de l'association. Il n'en reste pas moins que ce sont sont les bénévoles de l'association qui mènent ces actions sociales et que cette dernière est réalisée grâce à la cotisation des membres et à des dons privés.

Un anniversaire

Voilà 130 ans que la Société Française de Bienfaisance aux Pays-Bas (SFB Pays-Bas) exerce son activité. et cela valait bien une fête d'anniversaire. Comme il n'est pas bien vu pour une société de bienfaisance de claquer du fric, l'anniversaire a pris la forme d'une exposition Les sentiers de l'art 2013 avec la présence de deux mosaïques réalisées par Françoise Millo membres de l'association et le sculpteur Jean-Luc E. MARCILLAUD qui a mis en vente deux sculptures au profit de la SFB Pays-Bas.

Une année difficile

Cette année des 130 ans n'a pas été de tout repos pour l'association. Sa présidente, Mme Chantal Ostwinkel-Krasnapolsky l'a expliqué lors d'une interview. 2013 a vu doubler le nombre de demande d'aides. L'association a du faire face à un nombre croissant de demandes, montrant que la crise touche encore les Pays-Bas. Les ressortissants français établis dans un autre pays de l'Union Européenne ont normalement accès à l'aide sociale locale mais l’administration locale se montre de moins en moins à l'écoute des problèmes sociaux des étrangers. La SFB essaye donc d'aider à finaliser des dossiers ou vient en aide directement selon les cas.

Un nouveau statut

En reconnaissance des actions menées depuis plus d'un siècle par la SFB Pays-Bas, l'association a été reconnu d'utilité publique en novembre 2013. Cela lui donnera encore plus de crédit auprès des autorités locales comme auprès des donateurs. On ne peut pas réellement leur souhaiter de nombreux nouveaux dossier mais juste bon courage dans leurs actions de 2014 et au delà.

Notes

[1] Selon les status

[2] Les associations françaises aux Pays-Bas sont souvent appelées fondations parce que la structure utilisée est souvent celle d'une stichting qui signifie fondation en néerlandais. C'est un faux ami, en français, une fondation est crée sur la base d'un leg ou d'une donation. S'il s’agit d'un groupement de personnes autour d'un même but, on doit dire association.

mercredi, 24 avril 2013

Rencontre autour du vote électronique

Certains des Français à l'étranger vont à nouveau devoir voter et ils vont à nouveau pouvoir le faire via Internet. Je recycle ici un article que j'ai écrit pour le candidat pirate il y a un an, au cours de la campagne des législatives. À l'époque je commençais juste à me rendre compte qu'il y avait un truc qui clochait dans le vote par Internet. J'ai voulut en savoir plus en découvrant l'expérience des Pays-Bas, lisez plutôt :

Lire la suite...

mardi, 9 avril 2013

Quelle est la taille de la communauté française aux Pays-Bas ?

C'est une question que l'on m'a souvent posée et les réponses que j'ai pu lire ça et là ne se basaient pas sur des études précises. Jusqu'au jour où notre consul général nous a envoyé un petit encadré pour remplir sa lettre d'informations consulaires. La réponse est étayée :

Les Français installés aux Pays-Bas semblent souvent ignorer la taille de la communauté française aux Pays-Bas. Quelques chiffres sont utiles pour apprécier cette taille :

Le nombre de Français (binationaux inclus) inscrits au Registre des Français résidant hors de France tenu par ce Consulat (ceux qu'on appelait autrefois les immatriculés) sont actuellement au nombre de 23.743. Il faut toutefois garder à l'esprit que cette inscription est facultative et que de manière traditionnelle, de nombreux Français ne sont pas inscrits. Les statistiques néerlandaises, elles, faisaient état fin 2010 de 17.184 Français et de 17.601 Franco-néerlandais soit un total de 34.785 personnes ayant la nationalité française. Mais ce chiffre est forcément inférieur à la réalité :

1) ces statistiques sont basées sur les inscriptions dans les communes dont un certain nombre de Français sont exemptés (diplomates, fonctionnaires internationaux...). Par ailleurs de nombreux Français - probablement surtout à Amsterdam - ne satisfont pas à l'obligation d'inscription parce qu'ils sont dans une situation précaire ou à la limite de la légalité (hébergement ou sous-location qui est interdite aux Pays-Bas...).

2) les binationaux non néerlandais (nationalité française + nationalité tierce) ne sont comptabilisés que sous une seule nationalité : la nationalité belge ou luxembourgeoise prime dans tous les cas et, pour les autres pays européens, la nationalité retenue est celle qui arrive en premier dans l'ordre alphabétique. Un nombre (difficile à évaluer) de binationaux ne sont donc pas comptabilisés comme Français dans les statistiques néerlandaises. Compte tenu de ces éléments, on peut donc raisonnablement estimer la taille de la population française aux Pays-Bas (binationaux compris) à un chiffre se situant entre 36.000 et 40.000 personnes.

Je pense que depuis mars 2011, les informations ont peu évoluées et on peut penser qu'en 2013, le nmbre de français aux Pays-Bas se situent dans la même fourchette. Quand à connaitre la socioloie de ces français des Pays-Bas, il s'aggit d'une affaire encore plus difficile que de les cmoptabiliser. Le consulat qui voit passer les dossiers de bourses scolaires ou les demandes d'aide sociale peut en avoir une petite idée mais bien incomplète. La Maison des français de l'étranger qui réalise réguilièrement un sondage devrait un savoir un peu plus. Encore faudrait-elle qu'elle partage les données récoltées.

- page 1 de 13