mardi, 13 avril 2021

Les nouveaux conseillers des français des Pays-Bas

En 2014, je vous présentais les nouveaux élus français aux Pays-Bas, conseillers consulaires, élus pour 6 ans. Il y avait là Tanguy le Breton, Hélène le Moing, Catherine Libeaut, Maryse Imbault et Hélène Degryse. Six ans plus tard, vos conseillers sont Catherine Libeaut, Hélène Degryse, Patrick Tezenas, Alexandra Berbain et Yann Martineau. Certains noms ont changé non pas à cause d'une élection mais à cause de plusieurs démissions pour raisons diverses. Et si ces conseillers sont encore en place un an après la fin de leur mandat c'est que la crise du COVID a empêché la tenue d'élections pour les remplacer en 2020. Leur remplacement aura enfin lieu en mai.

Entre 2020 et 2021, la liste électorale d'Amsterdam a perdu 2000 français. Malgré cela, le nombre de conseillers à élire reste stable : 5 conseillers des Français de l'étranger et un délégué (un élu qui ne siège pas mais vote aux sénatoriales).

Comment voter

Pour les remplacer, l'élection aura lieu le 30 mai prochain à l'adresse indiquée sur la convocation que recevront les électeurs. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, il sera possible d'établir une procuration ou bien de voter par Internet de manière anticipée entre les 21 et 26 mai. Pour cela il faut que votre inscription sur la liste électorale ait votre adresse mail et que le registre consulaire contienne bien votre bon numéro de téléphone portable.

Je ne saurais que vous conseiller de vérifier vos données et de les mettre à jour si elles ne sont pas à jour. Les mises à jour sont prises en compte jusqu'au 23 avril prochain. Ne tardez pas.

Ce qui change

La première chose qui change est la durée du mandat. Puisque la durée du précédent a été rallongée, celui ci ne sera plus que de 5 ans. Autre détail qui change, le nom des nouveaux élus. Ils occuperont désormais le poste de « conseiller des Français de l'étranger » et non plus de « conseiller consulaire » que les gens prenaient trop souvent pour des fonctionnaires du consulat. La loi de 2019 qui devait réformer le rôle de ces élus n'a en fait pas apporté grand chose que ce changement de nom. Ah si ! quand même, le conseil consulaire ne sera plus présidé par la Consule Générale mais par un élu.

Ce qui ne change pas

Le pouvoir et les prérogatives des conseillers des français de l'étranger ne diffère pas de celles de leur prédécesseurs, ils ne peuvent qu’émettre des avis et recevoir des informations de la Consule. Ils ne sont pas maîtres de leur budget même dans les commissions où ils siègent. Leur véritable utilité n'est pas dans la loi mais dans leur titre qui leur permet, s'ils prennent leur rôle à cœur, de faire le lien entre les français de leur communauté et leur administration ainsi qu'à aider ou renseigner comme ils le peuvent les personnes qui rencontrent des problèmes. Le port d'un insigne ouvre parfois des portes que les associations de français ne peuvent pas ouvrir.

Une autre prérogative des conseillers est leur rôle de grand électeur des sénateurs des Français de l'étranger par deux fois au cours de leur mandat. C'est peut-être le seul véritable pouvoir politique qui leur est attribué. Ce n'est hélas pas un point sur lequel les conseillers sont très loquaces. Beaucoup de conseillers sont non partisans et préfèrent ne pas afficher leur préférences politiques pour mieux servir tout le monde. C'est un peu regrettable parce qu'une élection locale est aussi l'occasion pour les électeurs de se prononcer sur des choix de société.

Les listes en présence

Le dépôt des listes a été arrêté le 21 mars et un tirage au sort (en ligne) a eu lieu le 25 mars pour déterminer l'ordre de présentation des listes sur les panneaux d'affichage. Le résultat a été publié sur le site du consulat. Je vais donc le reprendre ci-dessous :

LA GAUCHE ÉCOLOGISTE ET SOLIDAIRE menée par Catherine Libeaut, conseillère sortante et présidente de Français du Monde aux Pays-Bas

UN NOUVEL ELAN POUR LES FRANÇAIS DES PAYS-BAS, menée par François Boubal secrétaire général de l’Union des Français de l'étranger

FRANÇAIS AUX PAYS BAS, menée par Marie-Christine Kok Escalle, ancienne conseillère et ancienne colistière de la tête de liste suivante.

FRANÇAIS DES PAYS BAS, menée par Tanguy le Breton, Président de l'association éponyme, ancienne tête de liste et ancien conseiller élu sur le même projet.

LES PIEDS SUR TERRE AUX PAYS-BAS, menée par Hélène Degryse, conseillère sortante, et ancienne tête de liste élue sur le même projet.

Chaque liste présente 11 candidats, le double du nombre de sièges plus un candidat pour le poste de délégué. Pour voir si l'un de vos amis est sur une liste, vous pouvez regarder tous les noms sur le site du consulat.

La campagne n'ayant pas officiellement commencé, il est difficile de commenter les programmes de tous mais on peut constater quelques singularités :

Une seule liste se propose d'apporter le renouveau (c'est écrit dans leur nom), avec le soutien de les Républicains. Sa tête de liste, François Boubal est la seule tête de liste n'ayant pas occupé le poste. Une seule liste se réclame de gauche (vraisemblablement à raison), Catherine Libeaut a réussi à faire l'union derrière son nom sans se labelliser Français du Monde même si elle en a le soutien. Marie-Christine Kok Escalle agrandit le club des anciennes colistières de Tanguy le Breton faisant cavalière seule. Ce club a été créé il y a 7 ans par Hélène Degryse dont le succès en 2014 lui permet de se représenter aujourd'hui avec un bilan et le même nom.

Il y a donc cinq listes pour cinq sièges mais c'est aux électeurs (vous) de résoudre cet équation facile en allant choisir le projet qui leur (vous) parle le plus.

mercredi, 3 février 2021

Encore des manifs

Je ne pensais pas parler de protestations deux fois de suite sur ce blog mais voilà. Une semaine après que je parle de la manifestation Amstelodamoise contre le confinement, Tournedisk, un duo local bien connu m'a envoyé son dernier tube : Cyclone dont le clip vient de sortir.

Lire la suite...

lundi, 7 décembre 2020

L'affaire du siècle, on copie les Pays-Bas ?

La France est le pays de la COP21 conférence sur le climat qui a eu lieu à Paris en novembre et décembre 2015 et a débouché sur l'accord de Paris sur le climat signé le 22 avril 2016, ratifié et entré en vigueur en novembre de la même année. C'est à ce jour l'accord international qui a été ratifié le plus rapidement vu l'urgence du changement climatique. Dans cet accord, les états signataires s'engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5°c d'ici la fin du siècle. Un premier point d'étape est prévu en 2020 pour revoir si possible les ambitions de l'accord à la hausse.

Bon bien on est en 2020 et le compte n'y est pas. En fait c'est pire, l'agence météo des Nations Unies indique qu'on pourrait atteindre le seuil de 1,5°C avant 2024. La France qui a tant œuvré en 2015 pour aboutir à un accord et trouver un maximum de signataires ne semble pas du tout montrer l'exemple pour atteindre les objectifs. Tout porte à croire que tout le monde s'en fout.

Tout le monde ? non ! Une petite fondation dans un petit pays sans montagne, a pût contraindre son gouvernement de prendre des mesures réelles par voie de justice : l'affaire Urgenda contre le gouvernement es Pays-Bas. Un précédent. Et si ça se faisait en France aussi ?

Lire la suite...

mercredi, 1 juillet 2020

Come on, t'es pas drietalig ?

Voici un petit texte qui circule chez les Belges mais beaucoup de français vivant aux Pays-Bas (et qui lisent ce blog) peuvent aussi le lire avec plezier. Donc je le partage aussi.

Lire la suite...

dimanche, 7 avril 2019

Cette fois je vote - comment les européens peuvent voter aux Pays-Bas (et ailleurs)

Les élections au parlement européen ont lieu dans tout juste deux mois et comme d'habitude la participation sera plus faible que pour les autres élections.

C'est pour lutter contre cette abstention que le site Cette fois je vote (Ik stem dese keer) lancée par le parlement européen incite les citoyens à se rendre aux urnes et à inviter leur voisins.

Campagne: Cette fois ci je vote !

Les traités européens (depuis Maastricht) garantissent à tout citoyen européen de voter où qu'il habite en Europe. Cette volonté de rendre tous les européens égaux devant le vote a ses limites puisque chaque pays a le droit d'organiser les élections comme il veut. Après avoir vu les différentes possibilités offertes aux français des Pays-Bas, petite revue des différences par pays :

Lire la suite...

mardi, 26 mars 2019

Cette fois je vote - comment les français peuvent voter aux Pays-Bas

Les élections au parlement européen ont lieu dans tout juste deux mois et comme d'habitude la participation sera plus faible que pour les autres élections.

C'est pour lutter contre cette abstention que le site Cette fois je vote (Ik stem dese keer) lancée par le parlement européen incite les citoyens à se rendre aux urnes et à inviter leur voisins.

Campagne: Cette fois ci je vote !

Participer à l'élection au parlement européen est un droit garanti par les traités (depuis Maastricht) pour tout citoyen Européen où qu'il habite au sein de l'Union. Ce droit est maintenant connu mais comment voter quand on n'habite pas dans son pays est encore une question qui revient souvent. Voyons donc les possibilités qui sont offertes aux français vivants aux Pays-Bas et les démarches pour chaque option.

Lire la suite...

lundi, 25 mars 2019

Cette fois je vote - la campagne

Les élections au parlement européen ont lieu dans tout juste deux mois et comme d'habitude la participation sera plus faible que pour les autres élections.

C'est pour lutter contre cette abstention que le site Cette fois je vote (Ik stem dese keer) a lancée sa campagne, relayée dans toute l'Europe par des volontaires et sur les réseaux sociaux où vous avez peut-être vu cette petite fille au chapeau H&M qui vous rappelle la date de mon anniversaire.

Campagne: Cette fois je vote !

Qui se cache derrière cette campagne et comment fait-on pour réduire l'abstention sont des questions qui me taraudent et que je vais essayer d'aborder ici. Il faudra ensuite rappeler comment voter quand on est français résident aux Pays-Bas parce que l'embarras du choix peut parfois laisser dans l'embarras.

Lire la suite...

lundi, 22 octobre 2018

La fin de la maison Descartes

Serpent de mer de la vie du microcosme français aux Pays-Bas la maison Descartes a depuis toujours été vouée à être abandonnée. Quand je parle de la maison Descartes, il s'agit en fait de l'hospice wallon situé sur Vijzelstraat. À mon arrivée aux Pays bas en 2006, le bâtiment était occupé par le consulat et le centre culturel français qu'on appelait la maison Descartes. Du nom de ce philosophe français qui a vécu plusieurs années sur Kalverstraat à Amsterdam. À cette époque certains se souvenaient déjà la larme à l'œil de la salle de cinéma récemment détruite pour rénovation avant d'être laissée à l'abandon faute de crédits. Six ans plus tard j'apprenais entre deux verres[1] que si les crédits ne sont pas venus c'est parce que la maison Descartes allait être vendue au moment opportun. C'est quand même bien dommage pensé-je de laisser dépérir une telle salle pendant si longtemps pendant que d'autres cherchent vainement un cinéma pour organiser un festival

Institut Français et Consulat de France à Amsterdam

Note

[1] Finalement c'est bien d'être candidat aux législatives, on apprend des infos qui ne circulent que sur radio moquette de l'administration

Lire la suite...

mercredi, 18 octobre 2017

Le forum n'est plus

forum-des-hollandais.png

Je vous ai présenté le forum des Hollandais dès mon arrivée à Amsterdam en 2006 et je n'ai cessé de le citer depuis. Le pot organisé à l'époque et que j'ai immortalisé d'une photo de table n'a pas été le seul. Il y eu des rencontres irremplaçables et des discussions dans des fils sans fin. Pour mes un an de ce blog, je citais le nombre de posts sur le forum comme gage de ma présence active entre les canaux. Ce forum va fermer ses portes au 1er janvier 2018, comme annoncé par un message de Zungo. Toute bonne chose a une fin.

Lire la suite...

mercredi, 14 décembre 2016

Les français surveillent la stabilité des maisons

On vante souvent le savoir faire de ingénierie néerlandaise en matière de canaux et d'îles artificielles[1]. On vante beaucoup moins ce savoir-faire quand on évoque la construction de la Noord-Zuidlijn, souvent repoussée et sujet d'accidents remarquables[2]. Ce qu'on oublie souvent c'est de vanter le savoir-faire français pour la surveillance de la stabilité des maisons tout au long de la ligne.

Les maisons d'Amsterdam reposent sur des pieux en bois enfoncées profondément dans un sol sablonneux. La cohérence du sol est assurée avec la nappe phréatique et les travaux souterrains du métro sont un risque pour cet ensemble fragile. Les vibrations d'un tunnelier mal orienté ou une fuite dans un voussoir peut déstabiliser l'ensemble et mettre les maisons du centre ville en danger. Les travaux sont calculés au mieux mais comme il y a toujours des aléas, il faut aussi mesurer régulièrement la stabilité des maisons.

Ces le rôle de ces drôles de machines accrochées dans des cages sur les murs le long de Damrak, Rokin, Vijzelgracht et Ferdinand Bolstraat. Les plus observateurs auront déjà vu ces appareils changer de cible alors que les touristes contemplent le galbes des pignons.


Un théodolite Leica série 1000, sur support, pour auscultation automatique d'ouvrages, avec en premier plan, un des nombreux réflecteur catoptrique utilisés, sur lesquels l'appareil fait des mesures répétées pour détecter des éventuels mouvements des maisons

Notes

[1] Comme dans le golfe persique évoqué en forme de tulipe|/un-polder-en-forme-de-tulipe]

[2] Voir les articles sur Des travaux qui n'en finissent toujours pas et Les maisons d'Amsterdam s'enfoncent

Lire la suite...

- page 1 de 13