mercredi, 13 juin 2007

De Hollandse Nieuwe (histoire)

La tradition hollandaise qu'on pourrait appeler hareng primeur remonte au moyen age. La folie du Hollandse Nieuze suit donc une tradition lointaine et stricte que je vais essayer de décrire ici.

La spécialité

Depuis le moyen âge, les pêcheurs Hollandais allaient loin pour rapporter du hareng de la mer du Nord. La meilleur période pour pêcher le Hareng est fin mai, début juin. A cette période, juste avant la période de reproduction, le hareng est meilleur, il est plus gras et ne contient pas d'oeufs. Le Hollandse Nieuze doit contenir légalement au moins 16% de matière grasse mais les amateurs exigent 25% à 26%. La méthode de conservation, inventée au 14e siècle n'a pas changée depuis. Le hareng est d'abord vidé partiellement. Les ouïes et les intestins sont retirés mais le pancréas est obligatoirement conservé. C'est lui qui va donner du goût au poisson. Ainsi préparé, le poisson va mariner dans la saumure[1] pendant environ 5 jours. Cette marinade se fait traditionnellement dans un fût de chêne.

Il est possible de congeler le hareng à -45° avant la salaison et ceci permet donc d'avoir du hareng en toute saison. Mais la période du hareng primeur est très prisée parce qu'on sait alors que le Hollandse Nieuze est frais.

Le jour des fanions

Le folklore autour de cette tradition du hareng mariné se concrétise le jour des fanions (Vlaggetjesdag). A l'origine ce jour des fanions était le jour ou les bateaux de pêche partaient pour leur campagne au hareng. Les fanions étaient accrochés aux mats et dans les ports. Aujourd'hui; le Vlaggetjesdag est une attraction du port de Scheveningen qui marque le début de la saison du hareng primeur.. Les bateaux de pêche font mine de rentrer de la campagne de hareng et apportent leur production au port. Le premier fût de poisson est ainsi vendu aux enchères au profit d'une oeuvre caritative. Cette année, le fût a été vendu 70 000 euros à une associations de jeunes entreprises de Harderwijk.

C'est aussi sûrement en souvenir de ces fanions que les marchands qui vendent le hareng dans la rue entourent leur baraque de fanions et de petits drapeaux néerlandais comme on peut le voir sur ces photos.

Note

[1] C'est le nom de la préparation salée dans laquelle on plonge les aliments que l'on veut conserver (olives, viandes, harengs...)

vendredi, 30 mars 2007

FEBO (sauf à voir)

Le mois écoulé, je vous ai parlé bouffe, de la super bonne et de la moins chouette. Pour compléter la série, il me faut absolument vous parler de cette chaine de fast food néerlandaise dont la nourtiture sort de machines qui me rappellent les tirettes à cent balles. Il y a donc ici des distributeurs automatiques de junk food.

La chaîne FEBO

FEBO est une chaine Néerlandaise de fast-food (en Néerlandais Snackbar) dont la singularité est de servir ses aliments dans des distributeurs automatiques. Un comptoir reste à disposition des clients pour la vente de boissons et de frites.

Histoire de FEBO

À l'origine, Maison FEBO est le nom d'une boulangerie située rue Ferdinand Bol dans le quartier du Pijp à Amsterdam. C'est d'ailleurs de cette rue qui a inspiré le nom de cette boulangerie ouverte en 1941. Son propriétaire, J.I. de Borst faisait divers produits à emporter et snacks qu'il vendait via un distributeur automatique. Selon le site web de la compagnie, les produits étaient réputés de bonne qualité et étaient très demandés si bien qu'il fallut agrandir la cuisine et ouvrir d'autres sucursalles dans la ville. En se développant, la boulangerie a arrêté de faire du pain et s'est renommé FEBO.

distributeur automatique de Junk food

FEBO Aujourd'hui

Le site web de la société revendique 60 magasins à travers tous les Pays-Bas dont 54 sont des franchisés. 22 de ces magasins sont situés à Amsterdam et vendent des produits fabriqués dans une cuisine ultra moderne située au nord de la ville.

De lekkerste!

La plupart des produits vendus sont des snacks néerlandais connus, des croquettes et des fikadel. Febo propose aussi des hamburgers ainsi que des brochettes de poulet au saté qui témoigne de l'influence de la cuisine Indonésienne aux Pays-Bas. Une description des produits est disponible sur le site.

de lekkerste! signifie le meilleur. Je ne peux pas vous dire si ce slogan est de la publicité mensongère ou non, je n'ai pas essayé un seul produit de chez Febo, j'ai passé l'âge des tirettes à cent balles. Ce n'est pas le cas de tout le monde, ces fast-food ne désemplissent pas.

Le Febo à coté du Tuschinsky

jeudi, 12 octobre 2006

Cadenas spécial vélo

cadenas pour vélo hollandais

Depuis que j'ai mon B'twin à Amsterdam, j'utilise moins de strippenkaart et plus le vélo pour mes déplacements. Comme tout le monde, j'ai peur qu'on me vole mon vélo et je lui mets plusieurs antivols. L'un de ces antivols est typiquement Néerlandais et est plutôt pratique.

cadenas hollandais sur véloCe cadenas se fixe sur le cadre à l'arrière du vélo, juste au dessus de la roue. Un loquet permet de le fermer et de bloquer ainsi la roue arrière. L'ouverture est très simple, grâce à un ressort, un simple quart-de-tour de clef permet au cadenas de s'ouvrir rapidement. Le clac! sonore qui se produit alors prévient les voisins que vous prenez votre vélo et tout le monde est très content. Ces cadenas équipent souvent les vélos hollandais (les vrais) de série mais il est aussi possible d'en ajouter sur un vélo qui n'en a pas.

Il se fixe aisément sur tous les vélos hollandais puisque tous leurs cadres possèdent des ergots avec pas de vis permettant de fixer solidement ce cadenas au vélo (Voir les caractéristiques des vélos hollandais). Bien sûr, les vélos made in France comme mon B'twin et la bicyclette hollandaise de Sophie n'en ont pas. J'ai donc du utiliser quelques uns de mes talents de bricoleur y attacher ce cadenas hollandais avec du fil de fer.

Un autre avantage de ce cadenas est l'obligation, sur la plupart des modèles, de laisser la clef dessus quand le cadenas est ouvert. Il est plus difficile de laisser son vélo non attaché quand on le gare puisqu'il faut le fermer en reprenant ses clés. Bien vu.

mercredi, 11 octobre 2006

Marie Heineken est fan de l'Olympique de Marseille

Marie Heineken est le nom donné à une place tout près de chez moi. C'est une place parfaitement ronde avec des bâtiments modernes autour et un des rare immeubles de plus de 4 étages du quartier. Elle est juste derrière le bâtiment des brasseries Heineken et le musée Heineken Experience. Je pense donc que le nom de la place n'est pas anodin.

Comme je passe souvent sur cette place, je vous en parlerais surement encore. Ce qui a attiré mon appareil photo cette fois ci c'est la grande peinture de sol qui est au milieu de la place depuis le mois d'août. O.M. avec un Cœur au milieu...

OM sur Marie Heineken

En bon français, je me suis dit que cela voulait dire « Olympique de Marseille ». Un touriste un peu fan serait venu cet été après la coupe du monde et n'aurait pas osé écrire le nom de l'équipe nationale. Alors, en prévision d'un match de la coupe des clubs champions contre l'Ajax, il a tracé en gros les lettres OM au millieu de la place.

Il faudra que je montre tout ça à Olivier et Martina...

lundi, 18 septembre 2006

Les Poffertjes

J'ai découvert ça à koninginnedag. Ce sont de petites galettes patissières et sucrées que j'ai mangé recouvertes de sucre glace. C'est la véritable spécialité de crèpe nationnale et comme toujours il y a des endroits ou c'est meilleur que d'autre. Les poffertjes à la chantilly de Keukenhof sont paraît-il très bonnes mais je n'ai pas pu les goûter.

préparation des poffertjes

Il semblerait que la saison chaude ne soit pas la saison des poffertjes. Mais c'est quand même la saison des fraises et un dessert avec poffertjes, fraises et chantilly, c'est exquis !

La photo ci dessus vous montre la préparation des poffertjes dans les camions ambulants

page 2 de 2 -