Mot-clé - économie

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, 5 octobre 2013

Pirate Bay pas vraiment bloqué aux Pays-Bas

Je vous ai parlé en janvier 2012, du jugement concernant la censure de The Pirate Bay pour deux fournisseur d'accès (Ziggo et XS4ALL) à la demande de BREIN, l'organisme représentant les ayants (trop de) droits des maisons d'éditions de musique et de cinéma. Les fournisseurs d'accès ont fait appel mais le tribunal ne statuera le 19 septembre 2013. En attendant le jugement est exécutoire et les deux sociétés ont dut s’exécuter donnant quelques heures supplémentaires à leurs ingénieurs pour mettre le blocage en place.

En mai de cette année, un tribunal a ordonné, toujours sur requête de BREIN la même chose contre les grands fournisseurs d'accès restant. UPC, KPN, T-Mobile et TELE2 ont dut s’exécuter aussi en bloquer l'accès à plusieurs adresses pointant vers le site au bateau pirate. Contrairement au jugement précédent, le juge ne donne pas au demandeur le pouvoir de mettre les listes à jour lui même. Les fournisseurs d'accès ont malgré tout fait appel de la décision.

Lire la suite...

mardi, 27 août 2013

Les arrondis

Avant même de venir m'installer aux Pays-Bas, j'aimais y faire mes courses et payer en liquide, dans la même monnaie qu'en France. L'euro est quand même bien pratique quand on vit à cheval entre deux pays. Pas de frais de change, pas de différence de taux ou de petite monnaie inutilisable qui traine au fond des porte-monnaie.

Avant même de venir m'installer aux Pays-Bas, j'ai aussi remarqué que, dans ce pays, les magasins n'aimaient pas les petites pièces. Pour éviter d'avoir des fonds de caisse trop lourds, les caissiers arrondissent la somme à 5 centimes près et ne s'embêtent pas avec les toutes petites pièces.

Dans ce magasin, l'arrondit (''afronding'') apparait comme une somme (positive ou négative) complétant le rendu de monnaie.

Nouveau mot: Afronding

Lire la suite...

vendredi, 25 janvier 2013

Evasion fiscale aux Pays-Bas

Décidément la traque à l'évasion fiscale est à la mode, après les Allemands qui lorgnent sur les comptes en banque suisses de leurs ressortissants, c'est au tour des Hongrois. Pendant ce temps, les Pays-Bas semblent se rendre compte qu'ils sont un paradis fiscal.

Les Pays-Bas ont effectivement une fiscalité attrayante pour certaines entreprises ce qui a permis d'attirer, même si la fiscalité n'est pas le seul critère de choix, quelques sièges sociaux européens de grandes multinationales. Seulement, je l'ai déjà évoqué, la fiscalité avantageuse a aussi attiré des cabinets de conseils en évasion fiscale (trustkantoor) et de nombreuses sociétés boîte-aux-lettres dont le rôle consiste à aspirer les bénéfices d'autres boîtes européennes, avant de le placer dans des paradis fiscaux plus ensoleillés.

Lire la suite...

dimanche, 8 avril 2012

Nous sommes les Grecs

Les hollandais sont connus pour partir en vacances, j'en ai même déjà parlé, il serait plus nombreux que 17 millions parce que nous ne les voyons jamais tous ensemble au pays tellement ils partent en vacances.

Les destinations les plus courues sont les pays exotiques et ensoleillés. C'est dû à leur besoin en soleil. En vrai, on croise des Néerlandais sur toutes les plages ensoleillées du monde.

Aussi ils sont pingres, c'est a réputation qu'ils ont en arrivant en Dordogne avec le coffre plein de pommes de terre et en emportant leurs sandwiches dans le Thalys. C'est peut-être le moment pour eux de partir en Grèce puisque ce pays est en crise, une bonne petite dévaluation va bien rendre les séjours là bas meilleur marché. Et comme il n'y a pas de frais de change quand on est là bas c'est tout bénef' de passer les vacances chez les Grecs… dans les îles…

We are the Greeks

Aujourd'hui nous apprenons aussi qu'ils sont aussi empathiques. Après avoir passé leur vacances chez les Grecs, les voilà qui se plaisent à vouloir vivre comme eux. Ce slogan « We are the Greeks » pour « Nous sommes les Grecs » ne veut dire que ça. Les vacanciers néerlandais sont si bien reçus en Grèce qu'ils veulent maintenant vivre comme eux. Chiche ?

mardi, 2 novembre 2010

Voyage en Zélande : Un petit tour à vélo

Tour de ZélandeLe week end d'août Je suis retourné en Zélande pour voir si Drooderfiets, mon nouveau vélo, apprécieraient le paysage. La dernière fois que j'y suis allé, en 2008, j'avais effectué le trajet en voiture et m'était promené le long de la frontière avec des amis. Cet été j'ai fait le voyage en train, prévoyant de faire une petite boucle à vélo dans cette province maritime du sud.

Lire la suite...

lundi, 8 décembre 2008

Les vélos gratuits

Depuis que je me suis fait voler mon vélo, je suis à la recherche d'un autre. Je cherche un vélo le moins cher possible et gratuit si ce n'est pas trop demander. Il y a plusieurs plans de vélos gratuits que je détaille ci-cessous. Mais apparemment j'arrive trop tard...

Lire la suite...

vendredi, 10 octobre 2008

1637 : Le krach de la tulipe

Une petite nouvelle découverte dans le Monde au sujet des krachs boursiers. Le Monde rappelle que l'une des caractéristiques principales du krach est l'effet de panique qui voit les investisseurs vendre tous en même temps, créant ainsi une spirale baissière que rien ne peut arrêter. Le terme de "krach" apparaît lors de la chute des Bourses de Vienne et de Berlin en été et en automne 1873. C'est donc un phénomène ancien, et l'Histoire a été ponctuée de krachs plus ou moins spectaculaires. Avant de finir l'article sur une lithanie des krachs boursiers, depuis le temps que ça existe on devrait être habitués...

La "tulipomanie" fut, en Hollande, la première bulle spéculative économique et financière de l'histoire moderne. La spéculation était fondée sur le commerce des bulbes de tulipe, dont les prix atteignirent des sommets. Ainsi, en 1623, le bulbe d'une variété rare affiche 1 000 florins, en 1625, 2 000 et en 1637, 5 500 (le revenu annuel moyen de l'époque est de 150 florins). Mais en février 1637, les cours s'effondrent, déclenchant une véritable panique. En 1642, après le krach, le prix de la tulipe n'était plus qu'au dixième de sa valeur et cent ans plus tard à deux centièmes.

Lire la suite...

jeudi, 1 novembre 2007

Le temps des expatriés

Je vous avais déjà parlé l'année dernière du salon «I am not a tourist». Un salon entièrement anglophone qui attire les étrangers venus s'installer en Hollande et qui sont un peu perdus (mais pas comme des touristes). L'année dernière, je regrettais qu'il n'y ait pas de stand francophone alors qu'il y a tant d'associations prètes à accompagner les nouveaux expats dans les méandres de la vie outre Escaut.

Cette année toujours pas d'association non anglophone présente sur le salon pour acceillir les latin, les slaves etc. Pourtant les français ne sont pas en reste. Cet automne les nouveaux expatriés français en Hollande ont eu droit à un accompagnement personnalisé.

Lire la suite...

dimanche, 19 novembre 2006

Au sujet de mon nouveau boulot

Me voilà dans la vie active depuis mercredi dernier. Ce qui explique que je ne donne moins de nouvelles mais comme on m'en demande avec insistance, je prends quelques moments sur mon dimanche pluvieux pour vous en donner.

Pour trouver ce boulot, j'ai vu l'annonce sur Monsterboard, j'ai eu trois entretiens avec quatre personnes différentes et j'ai été pris. Je travaille donc depuis la mi-novembre. Blinck, ma boite est une société qui vend des sonneries et autre gadgets pour téléphones portables. Il y a besoin de gens pour mettre en ligne les pages web qui vendent ce service. Les bureaux sont à coté de la station WTC Zuid (voir article), ils sont pas loin de la maison, je peux y aller à vélo en 20 minutes ou en tram en 30 minutes. Les jours de pluie, je pense que je prendrait le moyen de transport qui prend 30 minutes[1].

Pendant ces trois jours, entouré de néerlandophones et dans un nouvel environnement, j'ai fait l'expérience de plein de trucs déroutants. Je ne peux pas vous en faire la liste dès maintenant mais cela me donne de la matière pour de prochains billets[2]. Ce que je peux vous dire pour le moment c'est que je suis très content d'avoir un travail, le boulot n'est pas ce que je pouvais espérer de plus passionnant mais je le découvre encore et surtout, j'ai l'occasion de partager un peut plus le mode de vie des Néerlandais. L'ambiance est bonne, je suis dans une boîte qui a deux machines à café ce qui veut dire qu'ils se donnent vraiment les moyens pour m'apporter ce dont j'ai besoin pour travailler convenablement.

Notes

[1] d'autant que la carte d'abonnement aux transports est remboursée intégralement par la boite. Non, ce n'est pas une loi Fiterman locale, c'est un avantage que les sociétés offrent souvent à leur salariés.

[2] En vrac, je vais surement vous parler un jour de WTC Zuid, des horaires de travail, de la cantine et de la couleur de la moquette dans les couloirs...

page 2 de 2 -